Le forum des Rubans Blancs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 où commence et finit l'esprit BRM ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4239
Age : 68
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Mer 10 Aoû - 20:55

jpm a écrit:
A chacun son brevet !
Si on juge un brevet trop difficile on y va pas;
Personnellement je n'aime pas le statut de finisher . On effet quand on est organisateur, il faut bien que le brevet finisse, que les locaux soient rendus propres que les bénévoles puissent rentrer chez eux; alors comment faire avec les cyclos qui arrivent 12 h après la fin voir 24h comme en 2012 ?

en fait le hic, c'est la course au challenge (randonneur 5000 ou 1000 en France, randonneur européen en Italie...). Les cyclos s'inscrivent à un brevet 1000,  1200km pour valider autre chose.

Pour nous organisateurs, cela nous fait des inscriptions, mais on préfèrerait que les cyclos s'inscrivent pour l'attrait du brevet et de son organisation sans en contester le règlement;

Si on proposait la même année sur 3 mois RAA, Douze-Cents, TriRhena, 1000 du sud,  il y a des cyclos qui tenteraient les 4 brevets !
ceci n'est pas une critique c'est simplement le genre humain !
Moi j'ai enchainé......

Esprit es tu là ?

jpm
C'est bien évident que les organisateurs sont maître de leur brevet (dans les limites justement de règles de l'ACP pour un BRM).
Mais donner comme argument contre le statut de Finisher un simple problème de locaux à rendre ou de bénévoles indisponibles est un peu répondre à côté : il suffit de donner une barrière horaire raisonnable, comme certains organisateurs le font déjà... Après, rien ne les oblige à le faire, c'est bien évident.
J'ai lu souvent de nombreux témoignages de cyclistes disant par exemple qu'un participant à un PBP finissant malgré qu'il soit hors délai était presque plus méritant que ceux qui obtiennent la médaille... Je ne sais pas si c'est vrai d'ailleurs, mais dans un monde où domine l'esprit de compétition j'ai la faiblesse de préférer des cyclistes qui seraient tous - quel que soit leur cylindrée - des égaux quelle que soit leur vitesse. 
Et regretter par exemple qu'il n'existe pas un ratio temps limite dénivelé ne signifie en aucun cas que l'on en conteste le règlement : je me suis inscrit au Douze Cents en connaissance de cause et en espérant finir dans les délais. J'ai fais la même chose pour le TriRhéna et j'ai réussi... Dire " si on trouve un brevet trop dur on y va pas " est un peu simpliste : est-ce à dire qu'il ne faut participer qu'à des épreuves dont on est assuré - quasiment - de réussir ? Ce n'est pas ma conception dans la vie en général. 
Et puis, pour rester dans les brevets, de toute façon quand les pionniers de l'ACP ont calculé le délai au PBP il y avait une part d'arbitraire, mais à partir du choix de permettre quant même à la majorité des cyclotouristes entraînés et motivés de réussir, quel que soient leur âge, leur sexe et leurs capacités physiques... Ils ne se sont pas dit " si vous trouvez cela trop dur n'y allez pas ", mais plutôt " on a choisi un délai qui devrait convenir au plus grand nombre de cyclistes longue distance ".
Quand à tout mélanger et parler du Randonneur 10 000, là je ne vois pas le rapport... D'abord, si un Cyclo veut un 1 200 ou un 1 000 juste pour obtenir son R 5 ou 10 000 cela le regarde (et ça fait bien les affaires de l'ACP) : le challenge est ludique, je ne vois pas où le bat blesse. De toute façon, la plupart ne choisiront pas la TriRhéna ou le Douze Cents et préféreront assurer avec des 1 000 ou 1 200 plus faciles. C'est bien évident que l'on vient sur ces brevets montagneux - y compris des 400 ou des 600 à respectivement 4 000 ou 6 000 m  de dénivelé parce qu'on aime grimper et qu'on aime la montagne. 
J'ai écrit tout ça un peu en vrac, c'est décousu...mais c'est la passion de rouler qui m'anime, pas la critique du travail des bénévoles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paddy
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
avatar

Nombre de messages : 846
Localisation : Brest
Date d'inscription : 01/01/2014

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Mer 10 Aoû - 23:33

Bonjour à tous,
N'ayant que peu d'expérience en la matière...
Combien de BRM sont au planning?
L'année précédente du PBP des BRM juste pour rire
L'année du PBP il y en a plein partout.
Et ça sert à quoi ? à valider une inscription pas plus.

Hors période préparatoire au PBP restent les passionnés de BRM.
Deux catégories les organisateurs et les participants.
Que cherchent les uns et les autres ?

Il y a tout de même une constante le délai.             
Ce qui fait qu'un BRM est une "course contre la montre" ensuite reste à mettre le tout en musique.
Dénivellé, orientation, choix des routes ... Pour faire un parallèle.
Quand un organisateur de semi-marathon veut attirer des champions il dessine un parcours roulant, ce qui permettra de battre des records, valider des minimas mais en aucun cas il ne durcit son épreuve.
Au contraire si l'organisateur veut faire dans l'élitisme il durcit son épreuve.
C'est simple il suffit de faire de multiples virages à 90°, une belle montée pavée, terrains instables et autres joyeusetés.
Mais il s'agit de courses pas de brevets.
Pour les randonneurs:
Battre des records n'est pas le but d'un BRM certes, mais si la réussite conditionne un autre "diplôme" (randonneur X ou Y) l'esprit BRM est au moins pour partie compétition / performance.
Pour les organisateurs:
Quel est le but recherché? le max de réussite ou un niveau de réussite?
Une chose de certaine :
Si demain le 200 est limité à 8 heures Le PBP n'aura plus de problème de places!


Les BRM sont estampillés FFCT, je suppose donc que faire X fois le circuit du Castelet n'est pas vraiment Touristique mais ce sera tout de même un BRM.
A l'inverse un BRM le nez collé au GPS ou sur la carte pour trouver LE POINT n'est-ce pas plus une randonnée cyclotouriste "pure" ?

Les bagages et tout le reste...
Faux problème le PBP autorise l'asistance parceque c'est sans doute trop compliqué de surveiller, et sur un BRM j'ai vu des camping car accompagnateurs.
L'organisateur du BRM ne sanctionnait pas cette assistance pourtant interdite.
Sur un 600 le circuit faisait 2 boucles de 300km...
Tous les BRM se "valent" aucune considération de dénivelé, de conditions climatiques de nombre de participants etc.

L'assistance quelle importance ?

L'époque est au sport hors structure alors itinéraire, horaires, délais imposés...
Il faudra trouver un équilibre pour que les organisateurs soient récompensés de leur implication et que les participants soient contents.

Bonne route à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyclodelacote305
Super randonneur
Super randonneur
avatar

Nombre de messages : 414
Age : 65
Localisation : Meurthe et Moselle (sud)
Date d'inscription : 16/12/2014

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Jeu 11 Aoû - 22:07

Paddy a écrit:


Les bagages et tout le reste...
Faux problème le PBP autorise l'asistance parceque c'est sans doute trop compliqué de surveiller, et sur un BRM j'ai vu des camping car accompagnateurs.
L'organisateur du BRM ne sanctionnait pas cette assistance pourtant interdite.
.

Bonne route à tous.
Bonsoir.
Voici un copié collé du règlement ACP



Article 7
: Chaque randonneur doit pourvoir lui-même à tout ce que demande l'accomplissement de son brevet. Aucun service organisé d'entraîneurs, soigneurs, avec voiture suiveuse, n'est autorisé sur le parcours en dehors des points de contrôle. Les participants contrevenant à cet article seront éliminés sans appel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4239
Age : 68
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Jeu 11 Aoû - 23:24

cyclodelacote305 a écrit:
Paddy a écrit:


Les bagages et tout le reste...
Faux problème le PBP autorise l'asistance parceque c'est sans doute trop compliqué de surveiller, et sur un BRM j'ai vu des camping car accompagnateurs.
L'organisateur du BRM ne sanctionnait pas cette assistance pourtant interdite.
.

Bonne route à tous.
Bonsoir.
Voici un copié collé du règlement ACP



Article 7
: Chaque randonneur doit pourvoir lui-même à tout ce que demande l'accomplissement de son brevet. Aucun service organisé d'entraîneurs, soigneurs, avec voiture suiveuse, n'est autorisé sur le parcours en dehors des points de contrôle. Les participants contrevenant à cet article seront éliminés sans appel.
On le sait bien !
N'empêche moi aussi j'ai assisté une fois au ravitaillement global - nourriture, boisson et change de vêtements - par un véhicule de club - italien en l'espèce - sur un 1 200 étranger... Grand bien leur fasse ! Je trouve cela dérisoire, mais pour tout dire je préfère encore ce genre de fait marginal et pas si fréquent à une attitude de suspicion généralisée entraînant un contrôle aggravé : le jour où on me considérera trop comme à priori un tricheur potentiel je crois que j'arrêterai de participer. Je suis plutôt un adepte de l'autonomie, utilise très rarement hôtels et jamais les restaurants... De toute façon l'égalité de moyens est peut-être une exigence théorique pour les compétiteurs - dans les faits la compétition est consubstantielle de la triche - mais pour nous elle est de toute façon sans importance : tous les niveaux sont au départ, et c'est ce qui est beau. Il serait dommage de rouler sur un brevet pour se comparer aux autres, c'est une aventure personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jpol56
Mollet d'acier
Mollet d'acier
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 69
Localisation : morbihan
Date d'inscription : 01/03/2009

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 12 Aoû - 10:07

NPetite anecdocte : lors d'un BRM 600 passant par Carhaix alors que nous avions passė une partie de la nuit dans le crachin breton des monts d'arrėe nous arrivons dėgoulinant pour pointer dans une boulangerie je vois deux charmantes dames "en civil" tenant dans leurs mains deux cartes de pointage. Surpris je les interroge : elles circulaient en camping car pendant que leurs ėpoux effectuaient le 600 ils n'avaient pas le temps de s'arrêter ! ...sans commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lmvv
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
avatar

Nombre de messages : 828
Age : 70
Localisation : environs d'Angers
Date d'inscription : 12/08/2014

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 12 Aoû - 11:06

cyclodelacote305 a écrit:

Bonsoir.
Voici un copié collé du règlement ACP



Article 7
: Chaque randonneur doit pourvoir lui-même à tout ce que demande l'accomplissement de son brevet. Aucun service organisé d'entraîneurs, soigneurs, avec voiture suiveuse, n'est autorisé sur le parcours en dehors des points de contrôle. Les participants contrevenant à cet article seront éliminés sans appel.
Cet article m'a toujours semblé très bizarre ... En effet, il dit que "chaque randonneur doit pourvoir lui-même à tout ce que demande l'accomplissement de son brevet" et que "aucun service organisé d'entraîneurs, soigneurs, avec voiture suiveuse, n'est autorisé sur le parcours en dehors des points de contrôle ", ce qui laisse à penser que ce service serait autorisé à tous les points de contrôle ; vous ne trouvez pas qu'il y a contradiction avec le début de l'article ( "chaque randonneur doit pourvoir lui-même à tout ce que demande l'accomplissement de son brevet" )
Alors, prévoir un "drop bag" au km 300 d'un BRM 600 ne me semble pas si grave que ça (sachant qu'il peut éviter la présence de véhicules suiveurs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poucet
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
avatar

Nombre de messages : 500
Age : 57
Localisation : alsace
Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 12 Aoû - 16:32

Jean Claude a écrit:
Alors, prévoir un "drop bag" au km 300 d'un BRM 600 ne me semble pas si grave que ça (sachant qu'il peut éviter la présence de véhicules suiveurs) ...

C'est ce que nous proposons sur le 600 que nous organisons le 20 Août prochain, avec une possibilité de couchage sommaire et que nous généralisons sur le TriRhena.

L'idée absolument n'est pas d'augmenter le nombre de finisher. Nos parcours sont (trés) difficiles et ces nous tenons à proposer ces petits moments de réconforts tous les 200 km environs ... C'est vraiment sympa de partager le vécu de chacun, eventuellement de soutenir moralement, de relancer certain, de pouvoir assurer un suivi "live" .

Pour le reste, chacun est en autonomie ...

J'imagine qu'on vient "chez nous" par défi personnel, on fait pas une fixation sur les contrôles secrets ...

La confiance est la régle de base. A chacun d'assumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4239
Age : 68
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 12 Aoû - 17:40

Ppoucet a écrit:
Jean Claude a écrit:
Alors, prévoir un "drop bag" au km 300 d'un BRM 600 ne me semble pas si grave que ça (sachant qu'il peut éviter la présence de véhicules suiveurs) ...

C'est ce que nous proposons sur le 600 que nous organisons le 20 Août prochain, avec une possibilité de couchage sommaire et que nous généralisons sur le TriRhena.

L'idée absolument n'est pas d'augmenter le nombre de finisher. Nos parcours sont (trés) difficiles et ces nous tenons à proposer ces petits moments de réconforts tous les 200 km environs ... C'est vraiment sympa de partager le vécu de chacun, eventuellement de soutenir moralement, de relancer certain, de pouvoir assurer un suivi "live" .

Pour le reste, chacun est en autonomie ...

J'imagine qu'on vient "chez nous" par défi personnel, on fait pas une fixation sur les contrôles secrets ...

La confiance est la régle de base. A chacun d'assumer.
Pour moi, l'organisation et d'une manière générale l'accueil sur le TriRnéna est ce que j'ai rencontré de plus chaleureux dans ma vie de cycliste... Ce n'est pas du maternage mais plus de la solidarité entre cyclistes longue distance : on voit simplement que les organisateurs et les bénévoles savent ce que c'est de " souffrir " sur un vélo. Ce 600 je vais certainement en " chier " mais ce sera un pur bonheur d'y participer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
veloblan
Vulcain
Vulcain
avatar

Nombre de messages : 1972
Age : 67
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 12 Aoû - 21:42

Le 675 de Carcassonne était également super bien organisé avec gros ravito au KM 450 et couchage sur lit de camp, de plus les retardataires étaient attendus 8 h après l'heure limite. Ayant abandonné j'ai même été invité ainsi que mon épouse a partager le repas du lendemain soir avec les organisateurs. 
Vraiment sympa, accueil rare!


Dernière édition par veloblan le Ven 12 Aoû - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.veloblan.com/
cricri69
Le Maître des cols
Le Maître des cols
avatar

Nombre de messages : 1491
Age : 47
Localisation : Premier PBP en Août 2007, Premier LEL en Juillet 2009, Premier TriRhena en 2014
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 12 Aoû - 22:26

poucet a écrit:

J'imagine qu'on vient "chez nous" par défi personnel,
je confirme....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cricri-le-cyclo.over-blog.com/
Popiette
Le choc des Bermudes
Le choc des Bermudes
avatar

Nombre de messages : 1595
Age : 30
Localisation : Normandie (Le Havre & Cotentin)
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Mar 16 Aoû - 14:49

Le sujet est très intéressant. Car qu’entendons par « Esprit des BRM ». Ce qui est écrit dans la règle ? Ou les pratiques, les mœurs, les règles admissent par tous ? Il y a les BRM quotidiens et les exceptions (LEL, PBP).
Une fois dit cela, il faut savoir si on est du coté du participant ou du gentil organisateur. Je vais commencer par le second.
 
Je ne parle que pour moi et cela n’engage pas les autres. Je n’organise qu’un seul brevet annuellement et ce depuis seulement 2012. Au fil des ans, j’affine l’organisation suivant mon évolution personnelle. Je propose quelque chose qui plait au moins à moi.
1 – L’accueil au départ et à l’arrivée : nous proposons un point pour couchage la veille et à l’arrivée car j’apprécie cela à titre personnel. Le petit déjeuner est offert et la collation à l’arrivée comme sur le BRM 400 de Ruelle en 2011.
2 – Le parcours se doit touristique. Il peut y avoir de la grande route, mais c’est pour rejoindre un point d’intérêt. Le parcours peut être difficile mais ce n’est pas le but premier. Le BRM 200 de 2012 avait pour thème le Parc des Marais du Cotentin et du Bessin
3 – Sur ces cinq années, je n’ai vu que deux fois un randonneur avec une assistance. Je crois bien même en dehors d’un pointage pour l’un, il mangeait avec femme, enfant et petits-enfants. Dois-je lui dévalider son brevet ? A contrario, j’ai eu un randonneur Danois qui a bouclé le BRM 1000 de 2014, en trois jours et en cyclo-camping.
4 – Sur les parcours nécessitant de dormir dehors, je prévois un découpage du brevet avec des hôtels abordable  car j’aime y dormir quant je roule. Je conseille même l’établissement. Est-ce encore dans l’esprit ? J’avais fait le 600km d’Orchies en 2013 avant LEL, le découpage était prévu pour dormir à Saint-Witz, nous y avons tous dormi sauf un. Nous avons tous finis entre 37 et 40h !
 
Après, je ne participe qu’à très peu de BRM. Le Douze-Cents cette année, la série et PBP en 2015, mon 400 et 1000 en 2014… … …
En tant que participant, j’ai quelques modèles en tête :
- BRM 400 de Ruelle en 2011 : Pic-Nic au 140ème km chez l’organisateur Nous avons roulé tous ensemble. Le parcours était cyclotouristique.
- Le BRM 600 d’Orchies en 2013. Hôtel au km 320. C’était un parcours de remplacement car nous devions passer à Provins mais tous les hôtels étaient pleins à cause des fêtes médiévales. Le parcours initial avait 7 BPF de mémoire
- Le BRM 300 de Merville toujours en 2013. Beaucoup de routes blanches et des BPF.
- Le Douze cents pour la qualité du parcours et la camaraderie.
- BRM 200 de Montauban l’an passé. 4 BPF. De petites routes et un pic-nic à St-Cirq-Lapopie
 
Prévoir des ravitaillements sur le parcours n’est pas dans l’esprit avec lequel je souhaite réaliser mes randonnées et revient pour moi à une assistance (pourtant, je l’ai fait sur un pointage assuré par mon père dans un lieu dépourvu de commerce). C’est un peu pareil pour le couchage (pourtant je propose des adresses). Après, comment refuser un casse-croûte offert sur la route par l’organisateur ou par un autre club (BRM 600 de l’an passé) ? Je trouve que cela renforce la cohésion et la camaraderie.
Mais je modère ce propos en cas
- d'organisation de brevet avec de "masse". C'est impossible de trouver des nuitées à l'hôtel pour tous.
- de randonnée ou le randonneur lambda ne peut pas s'arrêter dormir dans des horaires "normale".
- au circuit spécifique. Quelle bonne idée les circuits en 8.
Pour tout ce qui est drop-bag, n'est ce pas un bon moyen de limité l'assistance ? C'est quant même dommage de faire rouler une bagnole au cul d'un vélo.
 
Chacun est donc libre. Il y a un règlement et aussi des règles tout à fait personnel, celles avec lesquelles nous concevons et pratiquons la randonnée à vélo. Il faut veiller à ne pas confondre les deux car elles permettent à chacun de trouver ce qu’il recherche.
Pour celui qui veut être plus restrictif, rien n'empêche de ne faire que des diagonales ou de se lancer dans son propre brevet, seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cyclo-club-montebourg-saint-germain-de-tournebut.com
bison couché
Mollet d'acier
Mollet d'acier


Nombre de messages : 101
Age : 44
Localisation : Genève
Date d'inscription : 14/07/2016

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Jeu 15 Sep - 17:16

Allez, j'ajoute mon grain de sel.
Quand je participe à un brm ou un autre truc en longue distance je m'en fout pas mal ce que font les autres.
Il n'y a qu'une chose que je n'aime pas en brevet et c'est d'avoir l'impression de participer à une compétition.
Depuis quelques années p.ex je voudrais bien participer à un brevet suisse (j'habite à Genève), mais j'ai beau chercher, je ne trouve pas d'organisation qui organise un brm sans dresser un classement (accessible sur internet) avec les chronos (pourtant brms officiels, homologués audax!) pour moi c'est rédhibitoire ...

Pour le degré d'assistance prévu par les organisateurs, les cyclomontagnardes ffct (on est d'accord, ce ne sont pas des brms mais pour moi 200 km avec au moins 4000 mètres de d+ c'est le début de la longue distance) en fournissent pas mal (fléchage, ravito à chaque contrôle et repas plus complet au milieu du parcours plus possibilité de petit-déjeuner avant le départ -qui se fait tôt) et ce n'est pas désagréable. Je n'ai toutefois pas l'impression de faire une vraie rando dans l'esprit rando. Mais avec un peu de chance on y rencontre des chouettes personnes quand-même.

Refaire un 200 avec plus de 4000 mètres de d+ tracé par soi même au début du mois de mars par contre, là ça devient beaucoup plus intéressant ;-)

Et pour les vrais brms, je pars toujours dans un esprit d'autonomie. Normalement je reste assez concentré et ça me convient bien d'avoir ma nourriture avec moi. Pareil pour dormir, le bas côté de la route peut être accueillant dès fois (enfin, du moment que c'est par choix).
Mais en ce qui concerne la nourriture cela ne m'empêche aucunement de m'attabler dans un resto si j'en ai envie.
Sur mon srdg p.ex je me suis fait plaisir en prenant 2 petit-déjeuners et un souper sur des terrasses au soleil, mais jamais avec la pression de devoir absolument trouver un établissement quelconque car j'avais des réserves avec moi.

Finalement, une des choses qui différencie les événements à esprit rando des autres me semble être le degré de préparation de route qu'il faut faire en amont. Même si on roule avec un gps (difficile de faire autrement en vélo couché)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4239
Age : 68
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 16 Sep - 1:42

Je suis à peu près dans les mêmes dispositions d'esprit, notamment concernant la compétition et l'autonomie.
Un seul truc nous sépare - je crois - c'est la préparation. Je ne prépare, hormis bien sûr le matériel et les vivres - que le minimum : trace GPS plus Road-Book (éventuellement cartes). Mais je ne me préoccupe que très peu à l'avance du parcours : je connais le dénivelé total et cela suffit. Pour mon premier 1 000 en pignon fixe j'avais écris à l'organisation pour connaître les pentes maximum - et éventuellement changer mon pignon - d'ailleurs je crois que l'organisation ne connaissait pas le parcours total en réel et j'ai rencontré plus raide que déclaré et un dénivelé total supérieur, ce qui m'a permis de réussir ce que je n'aurais peut-être pas osé tenter... En conclusion j'aime bien la découverte, le côté Christophe Colomb des nouveaux parcours. De même je ne prévois ni vitesse ni temps d'arrêts, pas plus que les temps de sommeil (et encore moins où je vais dormir, si je dors). Mais ce n'est que la conséquence de mon style de vie en général, je pense à ce propos que chacun doit trouver son comportement idéal sur un BRM - du moins pour un long et difficile : c'est sûr que sur un 200 ou un 300 de plaine toutes les options sont quasiment possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bison couché
Mollet d'acier
Mollet d'acier


Nombre de messages : 101
Age : 44
Localisation : Genève
Date d'inscription : 14/07/2016

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Ven 16 Sep - 8:13

Effectivement, on est bien différent la dessus!

Mais j'aime beaucoup rouler l'esprit libre et prendre la route comme elle vient. 
Quand je me fais un 200 dans mon coin c'est exactement ce que je fais d'ailleurs: j'ai une trace, une distance et dénivelé total dans ma tête et ça me suffit. 
Au final ce n'est qu'une question de réglage d'effort. Je maintient un même niveau d'effort sur la distance d'un brevet (Il n'y a pas vraiment de différence pour moi entre l'allure de début et de la fin) que ça monte ou pas.

Mais pour les distances supérieures il me faut une vraie préparation.

J'ai failli raté un 400 au départ de Grenoble au mois de juin. Très peu de préparation -je n'avais même pas imprimé la feuille de route- et une série de contretemps parmi les plus pénibles, sont prèsque venu à bout de ma volonté et de ma capacité à terminer ce brevet.

La srdg 2 semaines plus tard a été préparée d'autant plus méticuleusement, avec découpage du parcours bien réfléchis pour trouver des endroits où dormir (j'aime bien trouver des coins sympas) etc
Mais cette préparation ne m'a pas empêché de changer au dernier moment pour la deuxième nuit: j'étais en superbe forme et ça aurait été bête de dormir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cdlr27
Grand plateau
Grand plateau
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 64
Localisation : Bourgtheroulde (Eure)
Date d'inscription : 24/06/2010

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Dim 13 Nov - 22:12

Pour répondre à certains qui s'inquiètent des suiveurs sur le PBP, je vous confirme que cela peut et souvent coûte cher au cyclo : Sur concertation des responsables, le carnet de route est réquisitionné et le cyclo banni de l'épreuve (j'ai participé aux brevets PBP 1999, 2003 & 2007 en tant que motard de l'organisation).
 En tant que motard, Nous préférons l'esprit d'assistance que vous nous apportons.

 Depuis que je suis passé sur le vélo, pour mes BRM, je prépare mes parcours en amont pour mon GPS(j'ai horreur de chercher ma route, car les numéros de route fournis sur les roadbooks ont souvent changé depuis des années).
 J'adore l'autonomie totale (dommage, le vélo est plus lourd) et pour les couchages (si la météo le permet) rien de plus agréable que de dormir dehors.
  Un des grands moments des BRM est la rencontre des collègues à différents instants du parcours pour de multiples raisons.
 Ne perdons pas de vue le principal : Garder le plaisir de parcourir nos routes.
Marcel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
detempsentemps
Cuisse de grenouille
Cuisse de grenouille


Nombre de messages : 18
Age : 48
Localisation : Sartrouville
Date d'inscription : 08/12/2016

MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   Lun 26 Déc - 9:25

Le premier brm que j'ait fait, je l'ai fait à Noisiel parce que les controles étaient assurés par les organisateurs dans deux cafés. Bref une grosse inconnue de moins pour la découverte d'un 200. Le gps c'était pour moi un gros confort parce que j'avais rien pour mettre la carte à part dans la poche. Depuis je me suis acheté une dynamo moyeu et une sacoche de guidon étanche et amovible. Je comprends et respecte l'esprit baroudeur, mais j'avoue que sans gps j'essaierai de ne plus rouler seul pour limiter les risques de se planter.. je trouve que Noisiel c'étaitun super baptême facile et abordable, s'il n'y avait pas eu ces particularités, j'aurais attendu d'avoir un peu plus de bornes pour me lancer, bref ca ne m'aurait pas empêché de me lancer et mon premier brm aurait été moins ´assisté'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: où commence et finit l'esprit BRM ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
où commence et finit l'esprit BRM ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» lotus Esprit v8 bi-turbo rouge VOLEE au HAVRE
» les Années passent ...l' esprit reste
» Handicaps Motards Solidarité : Parce que l'esprit motard est plus fort que le handicap
» 2012 - [Lotus] Esprit
» Hallucinations à Pont Saint Esprit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index du forum :: Les Brevets Randonneurs Mondiaux :: Qu'est-ce que c'est ?-
Sauter vers: