Le forum des Rubans Blancs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nutrition ultimum

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ptiguy
Cuisse de grenouille
Cuisse de grenouille
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 55
Localisation : cestas 33610
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: nutrition ultimum   Jeu 30 Aoû - 11:33

je viens de découvrir ce nouveau (pour moi ) produit qui me semble pas mal mais le connaissez vous ? et qu'en pensez vous ?
http://www.ultimum-sport.com/eshop/2-les-gourdes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alkashi
Bitumator !
Bitumator !


Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Jeu 30 Aoû - 14:41

2€ c'est cher non ?
On doit bien payer l'emballage dedans et on en retrouve souvent sur les routes Sad.

Vivent les vrais fruits et les biscuits !

(bon ok mon avis ne sert pas à grand chose)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge.
L'asperge
L'asperge
avatar

Nombre de messages : 1006
Age : 47
Localisation : argenton l'eglise
Date d'inscription : 30/12/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Sam 1 Sep - 9:37

je trouve que c 'est assez cher
Rien ne vaut une banane ou des fruit secs pour moi
Cela m'arrive de prendre des gourdes de compotes en montagne car l 'ingestion est plus facile quand le souffle est court .
Les gourdes , ce n 'est pas forcément idiot Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ptiguy
Cuisse de grenouille
Cuisse de grenouille
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 55
Localisation : cestas 33610
Date d'inscription : 19/11/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Dim 2 Sep - 16:30

hello serge Very Happy
ne trouves tu pas plus facile et moins encombrant de prendre une gourde , de la vidée, et de la remettre dans ta poche sans te pourrir les vetements . que de prendre une banane (le fruit) de se l'ouvrir ( en position scabreuse avec les dents en lachant le guidon , sans surveillance de la route.......) de la manger entièrement et de se la ( ou les peaux gluantes) coller dans la poche ? sauf si tu considères que c'est du biodégradable et que tu peux la balancer n'importe ou affraid

pour moi : y'a pas photo, la gourde en 1 le fruit en 2 . mais comme vous je trouve ça relativement très cher No

mais la n'était pas la question study elle était : le connaissez vous ?.....si oui : qu'en pensez vous ?

de maniere à éclairer ma lanterne sur sa digestibilité, sa consistence: liquide, épais, pâteux .....mais aussi sur son gout réelle ....

@ alkashi: un avis sert toujours à qlq'un la preuve cheers
.pour ce qui est de l'emballage sur les routes : tu trouveras toujours un gros con pour te balancer ses détritus par terre , et le français est passé maître en la matière . mais il ne faut pas tout généraliser et bcp d'organisations de course ( a pied, triathlon, tail....) ou de randonnée mettent en place des points pour jeter les emballages , ou stipulent aux participants de ne rien jeter , certains vont même jusqu'à exclurent les contrevenants de l'épreuve .

pour ma part je ne jete rien Idea il y a toujours une poubelle soit dans les environs ou la place qui etait prevue dans ma poche est toujours dispo : alors je la recolle dedans cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Dim 2 Déc - 15:59

j'utilise volontiers des bananes séchées : pas de peau à jeter et gain de poids ! un paquet de 250 g me fait un 600 km... On en trouve dans certains super-marchés ou dans des magasins diététiques, La Vie Claire, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serge.
L'asperge
L'asperge
avatar

Nombre de messages : 1006
Age : 47
Localisation : argenton l'eglise
Date d'inscription : 30/12/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Mar 4 Déc - 13:46

Une personne qui était une adepte des bananes séchées aprés avoir vu un reportage sur la confection de ce produit fut tellement écoeurée qu'elle ne peut plus avaler ce fruit séché.
En fait le procéssus de déshydratation rend la banane bourée de produits chimiques.
Aprés il y a les bananes bio mais ça coute la peau du cul !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Mar 4 Déc - 16:45

serge. a écrit:
En fait le procéssus de déshydratation rend la banane bourée de produits chimiques.
Aprés il y a les bananes bio mais ça coute la peau du cul !!!!
Chimique ? j'achète les miennes en bio et il ne faut pas exagérer quant au prix qui est raisonnable : d'abord, 250 g sèchées sont à comparer au poids de la banane fraîche. On doit avoir 15 à 20 fruits. Ensuite le prix au kg est bien moins cher que tous ces produits énergétiques (dont pour la plupart rien ne garanti l'absence de produits chimiques).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Dim 12 Mai - 20:36

Je suis d'accord pour les bananes, séchées ou pas, le fruit magique pour moi, ça remplace largement les barres céréales et autres produits énergétiques, genre cake, en raison du poids, je ne me vois pas les trimbaler dans mon sac, j'achète et je consomme direct, j'en mange 3 d'affilé après ça, je me sens blindé pour un bout de temps et ça marche !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Dim 12 Mai - 21:22

J'ai un vélo léger, ce qui permet d'emporter pas mal de nourriture sans avoir trop de poids : il est prouvé que sur une longue distance (à temps limité) qu'on perd du temps d'avantage sur les arrêts que sur la vitesse de roulage... Donc j'évite les achats superflus sur le parcours, d'autant qu'on trouve rarement ce qu'on cherche, si l'on est exigeant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Dim 12 Mai - 21:56

Ok, tu as déjà pesé tout ce que tu emportais par rando en moyenne ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Lun 13 Mai - 1:01

speedozrx a écrit:
Ok, tu as déjà pesé tout ce que tu emportais par rando en moyenne ???
Non ! A quoi bon, la survie ne se pèse pas. D'ailleurs, si j'ai eu tendance à trop emporter, surtout sur les distances du 200 au 400..., je limite maintenant donc un peu mais mieux vaut ramener de la nourriture que d'en manquer. Je suis d'ailleurs relativement basse consommation (eau et calories).
Je prépare deux grands bidons (2/3 d'eau 6 ou 7 sucres, le reste jus de pomme/cassis bio acheté dans un dépôt de paysans locaux, que je connais). Pour refaire le plein, parfois je prend des sucres et 50 cl de jus de fruit ; le plus souvent je me contente de petits pots que je remplis avec des polymères de glucose (meilleur prix Caloreen/Neslé, en pharmacie) avec le dosage pour un bidon (ça n'a pas le goût sucré) ; Un ou deux paquets de bananes de 250 g ; des pâtes d'amande et du nougat pré-découpé : j'en mets une partie dans un mini sac sur le cadre, à manger en roulant (dans un sac plastique, because protection pluie). Il m'est arrivé de prendre un yop (ou assimilé) format moyen, sur un parcours assez frais, et parfois un yaourt soja chocolat.
Je mets toujours 2 ou 3 dosettes de sucre coup de fouet (que j'utilisais sur marathon, ne pas oublier de boire de l'eau dessus), comme dépannage en cas d’hypoglycémie : heureusement, je n'ai jamais à ce jour eu besoin d'y avoir recours. Ensuite, le salé : deux ou trois sandwichs jambon, éventuellement deux ou trois œufs durs, ou du fromage...
Je n'utilise quasi jamais de l'eau pure - sauf en cas de canicule - les bidons, le nougat et la pâte d'amande me suffisent sur un 200, j'y rajoute un sandwich sur 300... Sur le Paris-Brest-Paris j'ai été en autonomie complète, sauf une fois où j'ai pris un plat de pâtes/viande de boeuf : j'ai mis trois heures à cesser d'avoir des renvois acides ! Sur un 1000 ou d'autres 1200, j'ai dû acheter quelques provisions vers la fin ; sur le 1200 du Massif Central, j'ai eu une envie irrésistible de fruits frais (pèches, tomates) et yaourt.
Je ne mange jamais au restaurant, trop long, trop lourd, trop cher : la gastronomie, pourquoi pas, mais pas quand je fais du vélo. C'est comme sur les marathons dits festifs - j'ai fait celui du Beaujolais - je ne bois pas de vin : c'est pas bon pour courir - ou rouler - et on n'apprécie pas un bon cru en faisant du sport. De même, pas de bière : lors de mon dernier 1200 Bruxelles-Strasbourg-Bruxelles, le départ et l'arrivée se faisait dans un bistrot dans un centre sportif (ce serait interdit en France, je pense) j'aurai bien pris une bière belge artisanale (à fermentation haute) à l'arrivée ; malheureusement, nous nous sommes perdus et sommes arrivés peu de temps avant le délai de minuit, et le bar ne servait plus !
Et puis, comme dit le vieux dicton " c'est l'avoine de la veille qui fait le cheval le lendemain : la semaine précédent un grand brevet, sorties réduites avec quelques accélérations pour faire du jus, et alimentation hyper glucidique (sans oublier les protéines). La veille veiller à ne manger que des produits se digérant bien, pas trop producteurs de déchets.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Lun 13 Mai - 1:27

Moi mon menu, c'est des nouilles chinoises et plats lyophilisés sponsorisés par D4, riz au curry, couscous, pâtes à la bolognaise, hachis parmentier à éviter, l'inconvénient, c'est d'avoir toujours de grande quantité d'eau ce qui alourdit le vélo.
Je vois que tu n'as pas un gros appétit, si tu me laisses du nougat à portée de main, je te l'explose en moins de deux.
C'est vachement lourd des œufs durs quand même !!!
C'est hors sujet mais comment tu gères le 1200, il est difficile le Bruxelles-Strasbourg-Bruxelles ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Lun 13 Mai - 1:46

Le Bsb n'est pas difficile. Il n'a pas lieu cette année, c'est le club Aurore Cyclo qui l'organise. Ils avaient prévu un pack à prix réduit comprenant trois nuits d'hôtel.
La seule difficulté c'est le retour sur Anderlecht au niveau de la navigation : j'avais avec un copain improvisé sur cinq jours notre participation, après l'échec de notre 1200 du MC, sans cartes belges ni GPS. Malgré plusieurs heures d'avance on s'est perdus dans les 100 derniers km dans un dédale de petites localités et sommes arrivés au sprint 20 mn avant la clôture. Sinon, très beau parcours - notamment le long de la Meuse, gentillesse des organisateurs et des habitants. Et en Belgique l'état des routes, c'est quelque chose ! En se perdant, j'ai même connu les pavés, dignes des pires tronçons du Paris-Roubaix.
S'il est de nouveau organisé, je te le recommande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Lun 13 Mai - 2:21

Tu devais avoir la rage de ne pas finir dans les clous...Devoir payer une participation à laquelle tu dois d'abord te qualifier, j'ai du mal à me faire à cette idée, l'esprit des brevets, je n’adhère pas.
Si je veux rouler, je n'ai besoin de personne, pas besoin de preuves, de médailles, de diplôme pour attester que je suis en mesure d'abattre une distance et je roule pour moi, je suis seul responsable de ma sécurité.
Après, tu me diras, c'est aussi l'ambiance, la compétition !!! Qu'est ce qui t'empêche de rouler avec des potes et de vous tirer la bourre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Lun 13 Mai - 12:59

L'esprit des brevets ? Pour moi, une longue histoire ayant débutée après une opération du genoux, sur les conseils de mon chirurgien, par de la course à pieds et du VTT. Beaucoup et souvent seul, jusqu'à la compétition - marathons et trails longue distance. Achat d'un Cannondale d'occasion - le VTT auquel il faut changer les roues pour aller sur la route ça lasse - et sur invitation d'un pote de mon club de ski premiers cols alpins, puis deux saisons de cyclosportives : ambiance moins sympa qu'en course à pieds.
Ensuite envie d'essayer le Paris-Brest-Paris et premiers BRM pour tester mes genoux : un 400 d'entrée - ça passe - un 600 où je me découvre un rapport optimum au manque de sommeil, un 1000 (dormi à la dure trois heures).
Les genoux tiennent, les brevets se multiplient, je rencontre plein de gens et plein d'endroits où seul sans structure je n'aurai pas eu l'idée de rouler...
Dernier exemple en date, rencontre sympathique sur un BRM 200 d'un cycliste qui me parle de ses projets - le LEL et le MGM - que je retrouve sur le 300. Il m'incite à le rejoindre sur le MGM 1200 espagnol trois jours avant la clôture des inscriptions en partageant sa logistique : j'irai donc rouler cet été en Espagne !
Compétition, mot tabou affraid et faux même si en début de saison sur le BRM 200 on voit des compétiteurs venus préparer leur saison, ce qui est en l'occurrence plutôt sympa. Pour résumer l'esprit randonneur, Sophie Matter initiatrice des Super Randonnées ne publie plus les temps des participants sur son 1000 du Sud et a créé une catégorie Finisher en sus de l'homologation ACP pour ceux qui ont le courage de finir hors délai.
Les brevets préparatoires au PBP ou au MGM ? Excellente chose, outre la mise en avant des Brm dans le monde entier au bénéfice des clubs et des cyclistes, elle permet de partir préparé - physiologie et logistique. Mais de grands brevets n'en exigent pas, tels le LEL anglais ou le Bruxelles-Strasbourg-Bruxelles...
Maintenant, je prépare chaque saison en enchaînant les quatre premiers brevets - faire du long, suivre un parcours non balisé concocté par des cyclistes d'expérience dans des régions que je connait peu - en alternance avec mes sorties perso plus courtes et plus nerveuses. Je participe également à des BCMF fédéraux, des Défis montagnards... Toutes occasions de rouler avec - ou sans - d'autres cyclistes, de rencontrer des bénévoles de club, etc. Tout ça pour quelques euros symboliques... Sympa. Et je le reconnais j'aime bien les médailles geek puisque j'espère avoir bientôt celle du randonneur 10 000 king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rouedevelo
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
avatar

Nombre de messages : 639
Localisation : caen 14
Date d'inscription : 21/01/2009

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Lun 13 Mai - 16:09



Citation :
de maniere à éclairer ma lanterne sur sa digestibilité, sa consistence: liquide, épais, pâteux .....mais aussi sur son gout réelle

le plus simple : envois ton adresse et on te file 2 euros Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Mar 14 Mai - 0:52

sccber a écrit:
L'esprit des brevets ? Pour moi, une longue histoire ayant débutée après une opération du genoux, sur les conseils de mon chirurgien, par de la course à pieds et du VTT. Beaucoup et souvent seul, jusqu'à la compétition - marathons et trails longue distance. Achat d'un Cannondale d'occasion - le VTT auquel il faut changer les roues pour aller sur la route ça lasse - et sur invitation d'un pote de mon club de ski premiers cols alpins, puis deux saisons de cyclosportives : ambiance moins sympa qu'en course à pieds.
Ensuite envie d'essayer le Paris-Brest-Paris et premiers BRM pour tester mes genoux : un 400 d'entrée - ça passe - un 600 où je me découvre un rapport optimum au manque de sommeil, un 1000 (dormi à la dure trois heures).
Les genoux tiennent, les brevets se multiplient, je rencontre plein de gens et plein d'endroits où seul sans structure je n'aurai pas eu l'idée de rouler...
Dernier exemple en date, rencontre sympathique sur un BRM 200 d'un cycliste qui me parle de ses projets - le LEL et le MGM - que je retrouve sur le 300. Il m'incite à le rejoindre sur le MGM 1200 espagnol trois jours avant la clôture des inscriptions en partageant sa logistique : j'irai donc rouler cet été en Espagne !
Compétition, mot tabou affraid et faux même si en début de saison sur le BRM 200 on voit des compétiteurs venus préparer leur saison, ce qui est en l'occurrence plutôt sympa. Pour résumer l'esprit randonneur, Sophie Matter initiatrice des Super Randonnées ne publie plus les temps des participants sur son 1000 du Sud et a créé une catégorie Finisher en sus de l'homologation ACP pour ceux qui ont le courage de finir hors délai.
Les brevets préparatoires au PBP ou au MGM ? Excellente chose, outre la mise en avant des Brm dans le monde entier au bénéfice des clubs et des cyclistes, elle permet de partir préparé - physiologie et logistique. Mais de grands brevets n'en exigent pas, tels le LEL anglais ou le Bruxelles-Strasbourg-Bruxelles...
Maintenant, je prépare chaque saison en enchaînant les quatre premiers brevets - faire du long, suivre un parcours non balisé concocté par des cyclistes d'expérience dans des régions que je connait peu - en alternance avec mes sorties perso plus courtes et plus nerveuses. Je participe également à des BCMF fédéraux, des Défis montagnards... Toutes occasions de rouler avec - ou sans - d'autres cyclistes, de rencontrer des bénévoles de club, etc. Tout ça pour quelques euros symboliques... Sympa. Et je le reconnais j'aime bien les médailles geek puisque j'espère avoir bientôt celle du randonneur 10 000 king

Moi je pense que t'es blindé, qu'est ce que t'as encore besoin de te préparer ?? T'as toujours eu la caisse indépendamment de ton opération, le vélo étant moins traumatisant, tu dois te balader, la breloque des 10000, tu vas l'avoir les doigts dans le nez..Ce que je recherche est un peu l'opposé même si le défi sportif est omniprésent tout comme le dépassement de soi, repousser sans cesse ses limites, j'aime ça, c'est sûr, mais le côté aventure de mes randos l'emporte, bivouaquer au milieu de nul part est un pur bonheur, le vélo est parfois juste un prétexte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Mar 14 Mai - 3:06

Tout à fait d'accord, cet autre chose est aussi une sacrée aventure. Je l'ai connu à de très rares occasions, mais disons qu'actuellement c'est moins mon truc.
J'ai connu aussi des trucs assez intenses dans ma pratique du snow ou du ski hors-piste, ou le bonheur contemplatif se conjugue de temps en temps à l'adrénaline quand le coup de folie vous pousse solitaire dans une grande pente vierge... A côté, le vélo ça repose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Jeu 16 Mai - 22:28

sccber a écrit:
L'esprit des brevets ? Pour moi, une longue histoire ayant débutée après une opération du genoux, sur les conseils de mon chirurgien, par de la course à pieds et du VTT. Beaucoup et souvent seul, jusqu'à la compétition - marathons et trails longue distance. Achat d'un Cannondale d'occasion - le VTT auquel il faut changer les roues pour aller sur la route ça lasse - et sur invitation d'un pote de mon club de ski premiers cols alpins, puis deux saisons de cyclosportives : ambiance moins sympa qu'en course à pieds.
Ensuite envie d'essayer le Paris-Brest-Paris et premiers BRM pour tester mes genoux : un 400 d'entrée - ça passe - un 600 où je me découvre un rapport optimum au manque de sommeil, un 1000 (dormi à la dure trois heures).
Les genoux tiennent, les brevets se multiplient, je rencontre plein de gens et plein d'endroits où seul sans structure je n'aurai pas eu l'idée de rouler...
Dernier exemple en date, rencontre sympathique sur un BRM 200 d'un cycliste qui me parle de ses projets - le LEL et le MGM - que je retrouve sur le 300. Il m'incite à le rejoindre sur le MGM 1200 espagnol trois jours avant la clôture des inscriptions en partageant sa logistique : j'irai donc rouler cet été en Espagne !
Compétition, mot tabou affraid et faux même si en début de saison sur le BRM 200 on voit des compétiteurs venus préparer leur saison, ce qui est en l'occurrence plutôt sympa. Pour résumer l'esprit randonneur, Sophie Matter initiatrice des Super Randonnées ne publie plus les temps des participants sur son 1000 du Sud et a créé une catégorie Finisher en sus de l'homologation ACP pour ceux qui ont le courage de finir hors délai.
Les brevets préparatoires au PBP ou au MGM ? Excellente chose, outre la mise en avant des Brm dans le monde entier au bénéfice des clubs et des cyclistes, elle permet de partir préparé - physiologie et logistique. Mais de grands brevets n'en exigent pas, tels le LEL anglais ou le Bruxelles-Strasbourg-Bruxelles...
Maintenant, je prépare chaque saison en enchaînant les quatre premiers brevets - faire du long, suivre un parcours non balisé concocté par des cyclistes d'expérience dans des régions que je connait peu - en alternance avec mes sorties perso plus courtes et plus nerveuses. Je participe également à des BCMF fédéraux, des Défis montagnards... Toutes occasions de rouler avec - ou sans - d'autres cyclistes, de rencontrer des bénévoles de club, etc. Tout ça pour quelques euros symboliques... Sympa. Et je le reconnais j'aime bien les médailles geek puisque j'espère avoir bientôt celle du randonneur 10 000 king

Sur tes BRM, tu préfères rouler seul ou tu essaies de coller un groupe, histoire de faire quelques relais, tu ne joues jamais la gagne ???, t'as une stratégie de course à part celle : doucement mais sûrement ? Par quoi tu es le plus stimulé ? Es tu finalement compétiteur dans l'âme ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Ven 17 Mai - 0:45

speedozrx a écrit:

Sur tes BRM, tu préfères rouler seul ou tu essaies de coller un groupe, histoire de faire quelques relais, tu ne joues jamais la gagne ???, t'as une stratégie de course à part celle : doucement mais sûrement ? Par quoi tu es le plus stimulé ? Es tu finalement compétiteur dans l'âme ??
Il ne s'agit pas de préférence, mais d’opportunité ! Il peut être utile de faire l'effort de rejoindre un groupe ou de rester dans un peloton un rien trop rapide, pour économiser de l'énergie - et à la limite pour aller plus vite - sur une cyclosportive même de 160 ou 180 km. Sur 600, 1 000 ou 1 200 c'est du suicide ! De plus, sur le long, il n'y a pas qu'une notion de vitesse ou d'endurance, mais aussi de philosophie ou au moins d'habitude de " course " : si tu n'as pas sommeil et que les autres veulent dormir, si tu as ta bouffe sur toi et qu'ils veulent aller au restaurant ou piller une supérette, ça peut pas faire... De plus, mathématiquement plus les cyclistes roulent nombreux plus il y a des risques que l'un d'entre-eux ait une crevaison : deux cas de figures - constatées : tout le monde s'arrête, ou bien restent avec le malchanceux les potes qu'il connaît - s'il n'est pas seul - et les autres continuent... J'ai loupé un brevet à rester avec un copain un peu lent (mais c'était mon choix du moment) ; dans d'autres cas, j'ai réussi à pousser ce copain, mais aussi des inconnus à finir dans les temps en frisant le hors délai ; enfin, j'ai laissé un copain pour finir à ma main, ou l'inverse - c'est notre accord de principe au départ. Même si je roule le plus souvent seul hors brevets ou défis, ce n'est que petit à petit qu'on peut envisager relativement sereinement de rouler seul pendant 24 ou 48 h, à se prendre totalement en charge - repos, nourriture, orientation - surtout dans le cadre d'un brevet à durée limitée ; un circuit à allure libre ou à délais larges - une diagonale - sont plus faciles à effectuer seul : après mon abandon sur le Douce cent du Massif Central j'ai continué sur environ 150 km dans la plus parfaite sérénité et en improvisant mon sommeil en pleine nature.
Jouer la gagne est un parfait contresens de l'esprit des brevets. Mais rien n'interdit à qui le veut - Vélocio lui même le pratiquait - d'essayer pour soi d'aller le plus vite possible. C'est dans cet esprit que j'ai participé à des compétitions dite populaires en course à pieds : ce qu'il y avait de révolutionnaire dans les premières courses de ce type - les 100 km de Millau ou le Marvejols-Mende - c'était la participation de toutes les catégories en même temps, hommes et femmes, jeunes ou vieux, champions ou débutants, licenciés ou non, dans un esprit plutôt fraternel et festif : d'ailleurs les organisateurs de ces premières courses ont été menacés voire exclus par la FFA, celle-ci ayant bien plus tard essayé de récupérer la course hors-stade devenue une extraordinaire réussite : mais les anciens n'ont pas oublié et c'est pourquoi je me suis toujours refusé de prendre une licence de course à pieds depuis plus de vingt ans que je courre. La FFCT c'est autre chose, notamment parce qu'elle refuse la compétition et ce qui me plait bien la publicité commerciale.
Ma stratégie : une seule, celle de ne avoir de stratégie car je n'y crois pas : je connais des gars qui ont besoin de se faire un planning prévisionnel, plus ou moins élaboré ; ceux que j'ai fréquenté se plantaient systématiquement ! J'aime aussi partir tranquillement - je trouve que les cyclistes partent toujours trop vite, comparé à la sagesse obligatoire du marathonien qui veut terminer - et ceux que je ne rattrape pas ensuite, et bien c'est qu'ils ne sont pas partis vite pour leur niveau : les suivre aurait été ballot. Et si je suis avec des cyclistes qui improvisent je suis le plus heureux : un hôtel retenu, c'est une contrainte d'horaire supplémentaire, idem pour les achats de provisions... Si je peux, seul ou avec quelqu'un d'à peu près de même niveau, je roule à la sensation à l'allure la plus rapide que je sais pouvoir tenir à priori tout le brevet : jusqu'à ce jour je n'ai jamais connu de déroute ou autre hypoglycémie, et en général je termine toujours fort, car je n'essaie pas d'approcher mes limites. Après un 1 200 je suis fatigué, certes, mais pas épuisé.
Je suis stimulé par la difficulté, j'ai le goût de l'effort et l'envie de réussir mon pari : je n'ai jamais abandonné en course à pieds - parfois au détriment de la raison, comme les 30 derniers km d'un trail en course à pieds courus avec une entorse de la cheville - sauf sur ce fameux 1 200 du MC, que j'aurai pu réussir si je n'avais pas fait trop d'erreurs, abandon qui finalement me laisse plutôt un goût amer ; alors oui, ma motivation est énorme et toute personnelle, mais je suis un anti-compétiteur dans l'âme : déjà adolescent quand je faisais de la natation je n'aimais que l'entrainement et la première fois que mon entraineur m'a inscrit sans m'avertir je me suis caché pour ne pas concourir bounce Quand je joue au tennis, j'ai plus de joie esthétique quand mon partenaire réussi un joli coup que quand je marque un point sur un coup faible. Depuis, je fais partie du courant philosophique qui critique l'idéologie à l’œuvre derrière toute compétition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Ven 17 Mai - 8:26

Puisque tu fais allusion au Tennis, c'est le seul ou sport ou j'ai été licencié, je n'ai pas pris le moindre cours, tout seul sur un mur, et j'ai progressé surtout en regardant, à peu près 12 ans, c'était l'adolescence, des bons souvenirs et une technique qui ne s'oublie pas, revers à une main, gros service, j'avais un jeu offensif, Becker, Noah, Sampras étaient mes idoles, j'aimais gagner avec panache et surtout sur les qualités de mon adversaire plutôt que sur ses points faibles..J'aimais jouer en double mais déjà, je sentais que je n'étais pas fait pour les sports collectifs même si j'aimais aussi le Hand. Le tennis est un sport contraignant, faut trouver la bonne personne, faire avec son planning, réserver les terrains, c'est une prise de tête.
Je suis venu à la natation à mes 30 ans, après 10 ans, je commence seulement à comprendre et à bien nager, les spécialistes disent qu'il faut répéter 10.000 fois un geste afin qu'il soit parfaitement exécuté et encore faut il être dans le vrai... Avec l'age, on s'oriente inéluctablement sur le long, l'explosivité n'est plus là mais on a la caisse, mon petit frère qui est prof d'athlé me dit que l'endurance ne s'acquiert qu'à partir de 30 ans et ça se vérifie.
Je sais que ça fait mal Crying or Very sad mais est ce tu peux raconter ce qui s'est passé sur le 1200, sur aucune de tes courses, tu ne t'es dit: je vais essayer de griller tout ce que je trouve sur mon chemin ou partir le couteau entre les dents ? Avec ton expérience, tu commences à te connaître, tu dois savoir où sont les limites de la machine, ta plus grande satisfaction n'est elle pas de passer devant des plus jeunes ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Ven 17 Mai - 20:34

speedozrx a écrit:
Je sais que ça fait mal Crying or Very sad mais est ce tu peux raconter ce qui s'est passé sur le 1200, sur aucune de tes courses, tu ne t'es dit: je vais essayer de griller tout ce que je trouve sur mon chemin ou partir le couteau entre les dents ? Avec ton expérience, tu commences à te connaître, tu dois savoir où sont les limites de la machine, ta plus grande satisfaction n'est elle pas de passer devant des plus jeunes ???
Le 1200, les erreurs : la nuit précédent le départ j'ai mal dormi (3 h) et je n'ai pas réussi à dormir avant le départ...
Départ rapide du groupe : j'ai laissé un copain - celui avec lequel j'avais fait le PBP - partir en tête, moi vers la fin : un stop et des voitures a cassé le groupe, je n'ai jamais revu le copain, qui est un des finisseurs (1/3 des inscrits).
Départ en fin d'après-midi : je suis parti sans mon gilet fluo ; le groupe dans lequel j'étais avait le sien : à la nuit, je me suis arrêté pour le mettre et j'ai continué seul...
Une heure après, j'ai rattrapé mon deuxième collègue qui roulait avec un autre gars (ce copain part toujours trop vite et je le rattrape toujours...). Je suis resté longtemps avec eux, beaucoup trop longtemps, à attendre l'un après chaque montée et l'autre après chaque descente !
J'ai réalisé que je laissais filer mes chances de réussite, les autres étant de plus en plus défaitistes et je suis parti seul en accélérant. Autre erreur, je n'avais pas calculé que les pointages de la première moitié étaient basés sur une vitesse supérieure à ceux de la seconde, malgré qu'il y avait le maximum de dénivelé...
La nuit venue, le parcours était très difficile à trouver sans GPS... J'ai rejoins un temps deux cyclistes qui roulaient bien et qui avaient un GPS (je pense qu'ils avaient dû dormir un peu, pas moi), mais dans une descente très technique, comme je n'y vois pas beaucoup la nuit, je les ai perdus. J'ai continué malgré tout, mais en perdant du temps à trouver des chemins minuscules et très " coup de cul ". A l'aube, j'ai fait ma plus grosse erreur de parcours : dans une petite ville j'ai pris une montée à 7 % pendant 7 km au lieu de la bonne route : le numéro de la route était dans le sens de la descente, et il m'a fallu tout ce temps pour penser à vérifier ! C'est ça, le manque de sommeil, on commet de grosses erreurs. Plus tard, dans un village, j'ai encore mis une demi-heure à trouver ma route. Enfin, en début d'après-midi je n'ai pas trouvé la route des gorges du Tarn, manque de lucidité je suis revenu en arrière, puis reparti (2X5 km) : à ce moment, un concurrent allemand est arrivé, son GPS lui a permis de prendre immédiatement la bonne route (et lui aussi devait avoir dormi, une vraie fusée malgré la canicule)... J'ai commencé à avoir des hallucinations visuelles (j'ai aperçu un cycliste et la caravane servant aux contrôles secrets : arrivé plus loin, il n'y avait rien !). J'ai décidé de dormir une heure, mais j'en ai dormi deux ... Je suis arrivé au Mont Aigoual hors délai. En mangeant, j'ai cru voir des gens manger derrière un buisson, mais il n'y avait personne... Dans la descente, la ligne blanche devenait un tuyau en relief, etc. J'ai stoppé dans un village sur une aire de jeux et j'y ai passé la nuit. Au petit matin, je suis reparti pensant remonter hors-délai jusqu'à la N 88 puis rentrer chez moi en vélo (250 km environ), mais beaucoup plus tard vers Le Puy, mon copain qui avait abandonné et était rentré en train m'a proposé de venir me chercher et de partir 4 jours plus tard à Bruxelles pour un 1200 de remplacement (1200 que nous avons réussi). J'ai vérifié à cette occasion que j'avais parfaitement digéré les 800 km du Massif Central et ses dénivelés de folie.
Le copain que j'ai perdu au départ - il avait lui un GPS comme d'ailleurs la plupart des arrivants - a réussi, quoique manquant un tout petit peu d'entrainement (ce que j'avais vérifié quand nous avions fait ensemble les 7 cols du Défi des Fondus de l'Ubaye) : donc je pense que je l'avais dans les jambes ce 1200.
En résumé, mauvaise gestion de la vitesse, difficultés de navigation, manque de sommeil , trois facteurs liés ont entrainé l'échec, plus que la fatigue : j'ai depuis investi dans un GPS, GPS qui je pense m'aurait permis d'économiser du temps que j'aurai pu échanger contre du sommeil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Sam 18 Mai - 1:02

speedozrx a écrit:
sur aucune de tes courses, tu ne t'es dit: je vais essayer de griller tout ce que je trouve sur mon chemin ou partir le couteau entre les dents ? Avec ton expérience, tu commences à te connaître, tu dois savoir où sont les limites de la machine, ta plus grande satisfaction n'est elle pas de passer devant des plus jeunes ???
Non, jamais ! Quant à passer devant quelqu'un, qu'est-ce que cela pourrait dire ? Que le - ou la - cycliste que tu doubles se promène, vient de se farcir 400 km non stop, est cardiaque ou en chimiothérapie, débute dans le vélo après avoir perdu 40 kg grâce à un régime, attends son pote qui vient de crever, ou simplement à un entraînement moins bon que le tien, ou une plus petite cylindrée, à cause de la fameuse loterie génétique ? Et alors, surtout que dans le même temps des cyclistes te doublent parce qu'ils n'aiment pas se promener, qu'ils font du rythme en vue de leur prochaine course, ont une grosse cylindrée, un meilleur vélo, moins de fatigue, et surtout un égo fragile à consolider en doublant tous ceux qu'ils peuvent doubler... Il m'est arrivé il y a des années après une grosse séance de VTT (6/7 h) revenant chez moi par la route par une petite descente de col à faible pourcentage de pente de rejoindre un groupe de cyclistes routes, de les doubler ou a tout le moins de prendre des relais, moi avec mes gros pneus de 2, 25 ", mais seulement pour savourer leur étonnement et leur appendre que le VTT est aussi du cyclisme : j'avais il est vrai un titane de 10 kg avec un développement peu courant (48/11 à une époque) et sur cet engin j'ai toujours assuré dans les virages.
Je sais pour l'avoir souvent constaté sur les pentes de la montagne en ski ou snowboard que souvent les jeunes non-sportifs - le ski est tellement ludique qu'il est pratiqué par ce que j'appelle des non-sportifs, c'est-à-dire des skieurs/snowboarders sans entrainement physique - ne tiennent pas la distance et sont épuisés très vite...
Dommage pour eux, mais cela ne m'apporte rien, pas même l'illusion d'être jeune.
J'ai aussi l'habitude de doubler des ribambelles de skieurs sur les pistes de fond, fréquentées par des publics très divers, du skateur compétiteur au promeneur qui marche avec des vieux skis qui n'ont jamais vu un soupçon de fart de glisse, de doubler des skieurs en ski de piste sur le plat qui ignorent le pas de patineur, voire même assez souvent de doubler en légère montée des skieurs alors que je pousse sur des bâtons les pieds bloqués sur mon surf de poudre...
Ce sont de modestes plaisirs, celui tout simplement d'être en forme, sachant que le haut niveau c'est autre chose.
Et pour revenir au vélo, je que j'ai apprécié dans le Paris-Brest-Paris, c'est qu'entre le premier groupe qui part et le dernier il se passe de longues heures : aussi, du côté des cycliste au moins - les spectateurs ne sont pas souvent au courant - il n'y a pas d'esprit de compétition possible, le gars que l'on double étant peut-être parti bien plus tard que soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
speedozrx
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 47
Localisation : Saint Denis 93
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Sam 18 Mai - 10:27

Je trouve que le VTT c'est très bien, j'ai longtemps fait de la route sur un VTT dans Paris et proche banlieue comme c'est très lourd, y a pas mieux pour commencer et c'était pas du titane Laughing Laughing
Ce n'est pas qu'une question de matériel, il y a le bonhomme qui est dessus, l'anecdote que tu évoques pour moi elle est la preuve que les mecs n'ont pas de jambes, ils savent seulement s'acheter des beaux vélos et aussi peut être pour palier à leur condition physique médiocre, en tout cas, ça me fait rigoler. Le vélo pour moi est devenu une affaire sérieuse, si tu participes à une course, c'est que t'as envie d'en découdre ou c'est que tu souhaites battre un record de distance, non ??? Et puis, qu'est ce qui t'empêche de concilier les deux ou de cacher aux autres tes véritables intentions Twisted Evil Twisted Evil Ce n'est pas ce qui s'est passé à Bruxelles ??? T'as vraiment laissé partir ton pote ou c'est lui qui t'as lâché ??? ce traître lol!
J'ai toujours roulé seul, je ne me suis jamais aligné sur la moindre course, quand rarement, je passe quelqu'un avec facilité, (le fameux Dimanche matin de la vallée de Chevreuse) je me dit : mais c'est moi qui suis bon ou c'est lui qui se traîne lamentablement ? C'est à cause de cette population que les vélos sont devenus aussi chers, des petits bourgeois de fils à papa ou ces patrons à grosse bedaine qui signent le chèque sous prétexte qu'ils aiment le beau matériel, juste des bons à rien !!!! Sois digne du vélo que tu enfourches, j'aurais été commerçant, je lui aurais dit, non, je me refuse de te vendre ce vélo, t'as pas le niveau, tu es bien trop mauvais, va d'abord t'entraîner et reviens me voir Razz Razz Razz J'aurais fait faillite, c'est sûr ou alors ma clientèle serait des purs et durs Razz Razz ou quand Éthique rimerait avec pathétique Sad
On s'est tous faire la différence entre celui qui avance et celui qui est en mode balade..L'intérêt pour moi si ce n'est pas la distance, serait de tenir avec les meilleurs avec ton vélo plus lourd et ton lest, elle est là la satisfaction non ? Je pense que d'une manière ou d'une autre, tu fais forcément gamberger celui que tu passes. Qu'est ce qu'un mec avec une grosse cylindrée vient faire dans ce type de course ? Si ce n'est jouer les kékés ?
A la piscine, j'en vois plein, ils te font croire à du fractionné, je laisse faire encore que... un 1/4 heure + tard, t'as plus personne, ils sont déjà sous la douche Exclamation Avec la natation, ce qui est bien, c'est que tu ne peux pas te trouver d'excuse, le matériel n'existe pas, combinaisons exclues pour les sprinters, t'as des bras ou tu n'en as pas !!!!!






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4604
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: nutrition ultimum   Sam 18 Mai - 15:32

speedozrx a écrit:
Je trouve que le VTT c'est très bien, j'ai longtemps fait de la route sur un VTT dans Paris et proche banlieue comme c'est très lourd, y a pas mieux pour commencer et c'était pas du titane Laughing Laughing
Ce qui est toujours un peu bizarre c'est de passer de son vélo route à son VTT : pendant un temps d'adaptation j'ai l'impression d'être un peu assis comme un crapaud - pourtant même distance selle/pédales - et la direction parait imprécise à cause de la fourche télescopique et puis tout rentre dans l'ordre... Le poids, c'est bon pour l'entrainement, quand je roule sur mon mulet (+ 2 kg) ou mon VTT de ville (+ 5 kg) : quand je monte de nouveau un même col avec mon carbone j'ai l'impression d'avoir fait une cure d'EPO !
speedozrx a écrit:
Ce n'est pas qu'une question de matériel, il y a le bonhomme qui est dessus, l'anecdote que tu évoques pour moi elle est la preuve que les mecs n'ont pas de jambes, ils savent seulement s'acheter des beaux vélos et aussi peut être pour palier à leur condition physique médiocre, en tout cas, ça me fait rigoler.
C'est à cause de cette population que les vélos sont devenus aussi chers, des petits bourgeois de fils à papa ou ces patrons à grosse bedaine qui signent le chèque sous prétexte qu'ils aiment le beau matériel, juste des bons à rien. Sois digne du vélo que tu enfourches,
Là je ne suis pas du tout d'accord. C'est une question récurrente que je lis dans d'autres forum de vouloir lier le niveau du matériel et celui de la condition physique de celui qui le monte.
D'abord le patron à grosse bedaine je préfère le rencontrer sur la roule roulant sur un vélo à 10 000 € qu'au volant d'un gros 4/4. Plus sérieusement, à mon sens il n'y a là souvent qu'un peu de naïveté jalouse basée sur la croyance qu'il y a une corrélation entre revenus et niveau de gamme, cela ne prennant pas en compte la complexité psychologique de nos choix de vie : dans mon club de ski je connais des gens très à l'aise financièrement - euphémisme - qui depuis toujours se satisfont d'un équipement de ski pourri malgré d'autres investissements conséquents (studio, voiture, etc.). Je possède personnellement 5 surfs dont 3 fabriqués sur mesure par un artisan, 4 paires de ski dont la dernière pour tester l'extravagance d'un ski de poudre hyper large, 3 paires de ski de skating, 5 vélos, etc. mais au prix de nombreux sacrifices : comme disait une vieille pub canadienne montrant un VTT très haut de gamme accroché à un vieux combi VW " A chacun ses priorités " .
De même, pourquoi vouloir associer niveau physique et niveau de gamme, chacun étant capable et libre d'apprécier l'excellence, d'autant que le matériel moderne est devenu très polyvalent : si à une époque seul un champion était capable de maitriser du matériel très pointu, je peux assurer qu'il existe par exemple des skis extraordinaires à l'aspect monstrueux mais qui aux pieds de skieurs d'un niveau relativement modeste comme moi aident à maitriser la montagne : pourquoi s'en priver, au nom de quelle mesquinerie morale faudrait-il limiter le plaisir de sportifs modestes ? J'assume de skier ou rouler parfois avec du meilleur matériel que des gars meilleurs que moi du point de vue physique ou technique : chacun fait ses choix, point barre.
speedozrx a écrit:

Le vélo pour moi est devenu une affaire sérieuse, si tu participes à une course, c'est que t'as envie d'en découdre ou c'est que tu souhaites battre un record de distance, non ??? Et puis, qu'est ce qui t'empêche de concilier les deux ou de cacher aux autres tes véritables intentions Twisted Evil Twisted Evil
Tu parles de course ? Alors choisi de vrais courses, car il en existe sur la longue distance, telles le RPE (Raid Provence Extrême) voire la RAAM (Race Across America), la course peut-être la plus difficile au monde - mais là il faut du palmarès et du budget. Sur les épreuves organisées par l'ACP ou la FFCT la notion de course n'existe pas officiellement, mais rien n'empêche de donner tout son potentiel si c'est ce que l'on recherche, seul l’élitisme est banni qui n'accorde pas la même equivalence à tous les niveaux de pratique. Pour mémoire, les polémiques toujours vives sur le Paris-Brest-Paris concernant les quelques cadors qui jouent la " gagne " (le meilleur temps, dans la limite autorisée)...
speedozrx a écrit:
Avec la natation, ce qui est bien, c'est que tu ne peux pas te trouver d'excuse, le matériel n'existe pas, combinaisons exclues pour les sprinters, t'as des bras ou tu n'en as pas !!!!!
Je te rappelle ma position concernant la compétition : il n'y a aucune raison d'honorer celui qui est le meilleur car ce que les imbéciles appellent " le talent " ce n'est que loterie génétique : où est le mérite, sachant que les physiologistes du sport nous ont appris que l'entraînement le mieux adapté ne permet d'augmenter sa VO2Max d'origine que de l'ordre de 20 % au maximum, que celle-ci décroit en outre naturellement avec l'âge - bien moins vite il est vrai quand on est sportif - qu'elle est inférieure chez la femme par rapport aux hommes (surtout une question d'hormones). Alors bien sûr, reste l'intelligence ou le mental qui entre en ligne de compte - et chez les pros bien sûr le dopage - plus quelques adaptations au sport que l'on pratique comme la typologie musculaire, par exemple. Il en est d'autres impossibles, comme la taille : en tennis il vaut mieux être grand, et si l'on mesure 1,73 cm - ma taille - comme Mickael Chang qui gagna Rolland-Garos en 89 - on a ce que les commentateurs appellent un physique atypique. En basket on devient un nain...
Donc, en natation aussi, les excuses sont le capital génétique (et la taille)...








[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nutrition ultimum   

Revenir en haut Aller en bas
 
nutrition ultimum
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» nutrition ultimum
» [Nutrition] Pendant une rando/raid
» Technique de nutrition de la loutre de mer
» Greenman [Training/Nutrition PDM] attente de programme
» La nutrition au réveil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index du forum :: Conseils :: Alimentation-
Sauter vers: