Le forum des Rubans Blancs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Michel86
Petit plateau
Petit plateau


Nombre de messages : 46
Age : 63
Localisation : Quincay
Date d'inscription : 02/02/2016

MessageSujet: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018    Mar 20 Mar - 21:45

BRM 200 de Ménigoute le 17 Mars 2018.
     Pour le début de ma 3 ème saison de BRM, le rendez-vous était fixé une nouvelle fois au célèbre abribus de Ménigoute.
     Bonne nouvelle pour Yvan qui organise tous les ans la série complète, 36 participants sont au départ, dont un tandem et un tricycle. Pour la petite histoire ces 2 véhicules seront les seuls abandons.
     Il ne fait que 03 degrès à 07h00 au moment du départ, mais la bosse située dès le bas du village réchauffe vite les organismes et surtout, comme d’habitude étire bien le peloton.
    Mon ami Christian, qui a manqué les BRM de l’an passé du fait de soucis de santé me fait le plaisir d‘être là pour faire la route avec moi de bout en bout. Il est d’ailleurs prévu que nous fassions la série complète de 2018 ensemble, ainsi que le 1200 des RAA en juillet.
   Je sais que la première partie nous conduisant à l’Absie, n’est pas facile,  étant déjà passé par ces routes sur la fin du 400 et du 600 de l’an passé, ayant maudit « l’organisateur » à ce moment-là vu mes capacités reconnues de non grimpeur. LMVV rouleur infatigable en avait d’ailleurs fait la remarque à Yvan qui l’avait en effet « admis comme bosselée »
   C’est le moins que l’on puisse dire puisqu’à 10 heures 10, au pointage de l’Absie au km 63, nous constatons que nos GPS affichent un dénivelé+ de 1000 mètres. Bosselé vous avez dit ??? Ben voyons, on n’a pas les mêmes notions, ni les mêmes jambes.   affraid
    Deux croissants avalés vite fait, et à 10h20, c’est reparti direction Nieul les Aubiers. La température est  remontée, il fait presque 10 degrés. On se demande si ceux devant ne prennent pas la pluie, car à pas mal d’endroits la route ruisselle encore. Pour nous ça va, pas une goutte et vent nul. Après Moncoutant le profil est plus plat et nous avançons bien.
   A 12h10, au km 103, nous pointons dans une boulangerie de Nieul  où nous rejoignons un groupe d’une petite dizaine,  arrivé un peu avant nous. Parmi eux, je reconnais et salue Philippe de Royan qui l’an passé sur le 400, nous avait fait un super ravitaillement en pleine nuit après le pont d’Oléron.
   Avec Christian nous nous partageons une fougasse au poulet vite avalée, car à 12h20 nous remettons en route pour le 03 ème contrôle prévu à Saint Varent.
   J’ai ma petite idée pour ce pointage. En effet la fille d’un ancien collègue de travail tient une boulangerie dans ce village et je souhaite faire la surprise du coup de tampon chez elle. Le souci c’est que la pause méridienne est à 13h30 et que malgré le fait que nous roulons bien et aussi vite que possible, nous n’arrivons à Saint Varent  km 137, qu’à 13h45 sur place. Dommage.
   Ce sera photo souvenir de la vitrine et pointage au bar en face ou nous faisons une pause de 20 bonnes minutes. Coup de tampon et coca bien frais, et c’est reparti.
  Pause trop longue ou effet du coca, mais tant Christian que moi constatons que les jambes ne répondent plus trop et nous nous trainons entre 16 et 20 Km/h. Pas grave il suffit d’attendre, ça va revenir !!!
  Au km 178, à Parthenay, cette fois nous n’échappons pas à l’averse. Elle est belle celle-là, l’eau est froide et la température est redescendue à 06° avec le vent qui s’est levé.  Autant dire qu’il ne fait pas chaud. Christian enfile l’imper et change de gants, moi tant pis je reste comme ça, ca  va sécher en roulant.
   Il reste à peine 20 kms que ne faisons en compagnie d’un cycliste isolé de La Rochelle que nous attendons pour finir ensemble. A 17h30, nous remettons nos cartes de route à Yvan, arrivé lui depuis plus de 2h30 avec quelques locomotives !!!
   Bilan plus de 2100 mètres de dénivelé+ pour 206kms, c’’est pas mal.
   Mais bon on vient pour ça, et rendez-vous est déjà pris pour le 300 kms du 07 Avril, qui après le Sud Vienne va nous conduire en Charentes avant de revenir sur Ménigoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lmvv
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
avatar

Nombre de messages : 965
Age : 71
Localisation : environs d'Angers
Date d'inscription : 12/08/2014

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mer 21 Mar - 9:44

Alors j'ai bien fait de ne pas me déplacer, mes capacités déjà réduites de grimpeur s'étiolant progressivement au fil des ans ...
L'Absie, je connais très bien (je suis né en Vendée, mais seulement à 13 km de L'Absie) ; ces coins-là faisaient partie des routes d'entraînement de mes 16 ans ...
En tout cas, bravo à toi pour avoir vaincu ce BRM 200 bosselé comme Yvan les aime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Yvan Le Terrible
Yvan Le Terrible
avatar

Nombre de messages : 4856
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mer 21 Mar - 12:58

Bravo Michel Top Oui c'est vrai que le premier tronçon n'était pas plat lol!

~
Le vélo c'est très super !  [Léane, trois ans et demi ]

Super Randonneur, la longue distance à vélo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superandonneur.fr/
admin
Yvan Le Terrible
Yvan Le Terrible
avatar

Nombre de messages : 4856
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Sam 24 Mar - 18:17

Le résumé Wink A bientôt sur le 300 !
http://superandonneur.fr/brm_200_menigoute_2018.htm

~
Le vélo c'est très super !  [Léane, trois ans et demi ]

Super Randonneur, la longue distance à vélo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superandonneur.fr/
Zetorix
Cuisse de grenouille
Cuisse de grenouille
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 52
Localisation : Gâtine (Deux-Sèvres)
Date d'inscription : 27/03/2018

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mar 27 Mar - 19:52

Préambule
Ce BRM du 17 mars sera le 2ème auquel je participe sur cette distance (le premier c'était l'an dernier à Ménigoute, il s'est très bien passé et m'a donné l'envie de poursuivre cette pratique). J'ai ensuite atteint ma limite avec le 300, que j'ai validé au repêchage. Mais cette année je ne me sens pas prêt, car après une coupure quasi complète de 3 mois j'ai perdu tout l'acquis de mes sorties régulières de 2017. J'ai aussi repris du poids, car l'appétit lui ne s'est pas réduit ! C'est seulement 3 jours avant le départ que j'envoie mon inscription à Yvan. Habitant la Gâtine, en Deux-Sèvres, je vois bien que le début du parcours ne sera pas facile, surtout pour moi qui monte très lentement. Aussi je prévois de faire le point au premier contrôle à l'Absie : si je ne le sens pas, je rebrousserai chemin.


Je précise que je roule en trike, avec un modèle qui n'est pas spécialement conçu pour aller vite, surtout dans les côtes. La vitesse n'est d'ailleurs pas mon objectif, j'ai opté pour le confort et le plaisir en choisissant un tricycle dans lequel je me sens vraiment bien, avec suspension arrière. Je ne faisais quasiment plus de vélo depuis 25 ans, et l'acquisition de cet engin pour mes 50 ans en 2015 m'a été très bénéfique, tant sur le plan physique que dans la tête. Au fur et à mesure des sorties, de plus en plus longues, j'ai retrouvé une forme oubliée depuis longtemps et commencé à imaginer, puis réaliser, des choses qui me semblaient impossibles avant. Comme je souhaite m'orienter vers la rando itinérante, les BRM me paraissent une bonne école pour acquérir les bases en endurance.


Espoir
Ce matin du 17 mars, je suis réveillé bien avant la sonnerie, la nuit aura été très courte. Préparation de la sacoche, petit déjeuner copieux et chargement du vélo (il se transporte plié en 2, siège démonté). Arrivée à Ménigoute vers 6h30, il y a déjà pas mal de monde, je remonte le tricycle, m'assure que le siège et la sacoche sont bien fixés, vérifie l'éclairage et récupère ma carte de route. Parmi les vélos présents, je n'en vois pas d'autre en version couchée, mais il y a un tandem blanc. Il fait frais, environ 2°C, mais on ne le ressent pas trop vu l'absence de vent.


Le clocher sonne 7h, le départ est imminent, Yvan vient juste de distribuer les derniers cartons. Le groupe s'élance, en descente sur 500 m jusqu'au franchissement de la Vonne. Je m'intègre au milieu. Une fois le pont franchi, je me fais rapidement doubler par tous les participants, tout se déroule donc comme prévu. Pas question d'essayer de m'accrocher, je veux aller doucement sur la première heure pour m'échauffer progressivement, en surveillant ma fréquence cardiaque. J'ai fixé la limite haute à 140 pulsations/mn, je monte à mon rythme sans m'essouffler, en moulinant sur le plus petit développement.


Le jour se lève, je roule seul en observant le paysage, écoutant les bruits de la campagne qui s'éveille, c'est une ballade contemplative comme je les aime. Lapins, geais, héron et pic agrémentent le parcours. Avec le plafond nuageux, la température n'a pas baissé, je poursuis tranquillement, bien au chaud mais sans transpirer. A 8h, retour en milieu urbain pour la traversée de St Maixent l'Ecole, les premiers forains s'installent dans les allées le long de l'avenue, la ville est calme. 17 km parcourus, je décide de continuer à ce rythme. Direction Champdeniers, par la D6 au revêtement bien roulant. La côte d'Augé sera montée sans forcer, entre 6 et 8 km/h. Les portions de plat et les descentes permettent de maintenir la moyenne autour de 17. Quelques voitures croisées, des petits signes d'encouragement de la part des conducteurs, c'est toujours très agréable de constater les réactions bienveillantes que suscite le trike. Il y a même parfois des gens qui applaudissent, ils font peut-être un lien avec le handicap.


Après Xaintray le tracé emprunte des petites routes bucoliques au revêtement assez rugueux, parfois boueux, et surtout on attaque le plat de côtes concocté par le chef ! Je me ferai plaisir dans les descentes, avec des sensations de karting, à la limite de décoller une roue dans les virages. Les côtes seront toutes montées à l'économie, en surveillant le cardio mais aussi le compteur car la moyenne baisse au dessous de 16 et il faut rester dans les délais. Je me force à boire de temps à autre, pour vider mon bidon avant le premier contrôle, mais l'eau à 5 °C ne fait pas vraiment envie.


Après Scillé, la route franchit le 2ème point culminant du département (La Cantine, 256 m). L'arrivée à l'Absie se fait après un long faux plat qui n'en finit pas. Par précaution, je prends une photo au panneau d'entrée de bourg car il est déjà 11h04. Au centre bourg, j'aperçois un tandem blanc devant le Café des Sports, je me stationne à côté. Serait-ce celui aperçu au départ de Ménigoute ? Bingo, les pilotes prennent un café en terrasse et j'entends « 200 ? » quand je m'approche d'eux. Je commande un café double, sors ma carte mais la patronne n'a pas de tampon, elle m'indique un commerce plus loin. Tant pis, je me contenterai de la photo. Je tire un pain au chocolat de la sacoche et m'installe à la table des tandemistes. C'est un couple fort sympathique, ils m'expliquent qu'ils ne vont pas poursuivre le BRM, le dénivelé est trop important. Pourtant ce ne sont pas des néophytes, ils ont à leur actif un Paris Brest Paris en formule audax, en tandem. Le mari a aussi réalisé 2 PBP en solo. Mais aujourd'hui ils n'ont pas trop de jambes. Je leur dis que le plus dur est fait, ce premier tronçon comportait la moitié du dénivelé total, mais ils restent sur leur choix et m'en précisent la raison. Ils ont un projet qui leur tient vraiment à cœur, le tour de France au plus près des côtes et des frontières, soit 7000 km de rando à partir du printemps. Le BRM était l'occasion de rouler pour se préparer, mais pas un objectif en soi. Ils ne veulent prendre aucun risque qui viendrait contrarier ce projet rêvé depuis longtemps, ils vont rentrer sur Ménigoute par un autre chemin, moins bosselé. Nous repartons chacun de notre côté en nous encourageant mutuellement, je vais devoir aller un peu plus vite car il est 11h25, je suis virtuellement hors délai.


Heureusement le profil est désormais bien plus facile et la pause m'a fait du bien, je repars confiant. Après 3 km, je constate que j'ai oublié de refaire le plein de mon bidon d'eau, c'est malin ! Tant pis, la petite gourde de jus de pomme que je réservais pour la fin du parcours, fera l'affaire. En arrivant à Moncoutant, une erreur de navigation me conduit sur la route de Largeasse, pourtant il me semblait avoir bien suivi la feuille de route. L'écart n'est que de 1 km mais il faut maintenant rouler à 20 de moyenne pour rallier le 2ème contrôle dans les délais. J'arrive à les tenir mais ma FC s'approche de 140, je mesure bien les effets de la coupure prolongée qui me fait perdre 3 km/h pour un même niveau d'effort.


Passé Brétignolles, lors d'un changement de vitesse, il ne se passe rien. Clic, clic, toujours pareil. Coup d'oeil à la poignée, tiens la gaine s'est soulevée, le câble de dérailleur est visible, pourtant il monte et il descend quand j'actionne le sélecteur. Il est donc … coupé à l'arrière, manquait plus que ça !
Bien entendu je n'ai pas de câble de rechange, ni d'attache pour le rabouter, il faut espérer qu'à Nueil les Aubiers je trouverai un réparateur. Avec 5000 habitants ça devrait le faire, un samedi. Je poursuis sur le petit pignon de 11 dents, en bénissant le triple plateau et la petite couronne de 26, malgré tout les côtes sont désormais passées en force. L'avantage c'est que je les monte à 12-13 à l'heure, c'est bon pour le délai mais ça chauffe les cuisses, la FC bondit à plus de 155, je ne pourrai pas me l'autoriser longtemps. Je crains aussi pour mes genoux.


Arrivé au panneau d'entrée de NLA, photo à 13h55, à ce moment j'y crois encore. Je me paie même le luxe de faire tamponner mon carton avant les 14h04 fatidiques dans le premier commerce trouvé, un institut de beauté. L'esthéticienne, ravie de rendre service, appose fièrement sur la carte un tampon … qui ne comporte pas d'adresse ;-)
Il lui sera beaucoup pardonné car elle m'indique un réparateur dans le centre bourg. Malheureusement ce dernier est fermé le samedi après midi et il n'y en a pas d'autre, tous les passants me renvoient à cette adresse. Il faut prendre une décision : continuer le BRM ainsi serait trop risqué, je suis à l'endroit le plus éloigné de l'arrivée, et même sans tenir compte du délai, je ne veux pas faire 100 km dans ces conditions pour mes genoux. Il faut réparer, si je ne trouve pas il faudra rentrer à la maison sans s'esquinter. J'envisage un retour par la voie verte entre Nueil et Parthenay, les pentes sont très faibles, les manœuvres aux chicanes se feront en prenant les roues avant à la main.


Réalité
A Intermarché, le petit rayon sport me permettra de trouver un câble universel de 2 m. La pluie arrive, un commerçant me propose l'abri de son local en rénovation, ainsi que des outils. Vraiment sympa de sa part, je pense qu'on touche là un des aspects très positifs du trike, qui intrigue les gens et déclenche l'empathie. Je commence prudemment à sortir le câble, je n'ai fait qu'une fois cette opération avec l'aide d'un tutoriel vidéo. Hélas le nouveau câble est trop court. Pendant que je réfléchis à une réparation de fortune (faire un câble avec les 2), mon hôte appelle des magasins dans les environs. Rien sur place, mais à Bressuire chez Vélocité ils ont des câbles de tandem en 3 m.


Je repars donc sur Bressuire, après avoir chaleureusement remercié mon bienfaiteur, qui est pourtant désolé de n'avoir pu faire davantage. Cette fois j'ai pensé à refaire le plein des bidons. Il est 15h45, la pluie reprend, je vais essayer de manger un sandwich en roulant car je n'ai rien avalé depuis l'Absie. Impossible de manger dans les longs faux-plats tout en pédalant en force, ça me donne la nausée. En plus la route est granuleuse. Je grignoterai par petits bouts dans les descentes et sur le plat, sans grand appétit, avec des projections d'eau sur le pain, pas très ragoûtant. Sur la rocade de Bressuire, dans une pente raide, je me traîne à 5 km/h, les jambes doivent tourner à 20 tours/mn. Le séparateur central empêche les voitures de doubler, j'ai peur qu'on m'insulte en me demandant si je le fais exprès. Mais non les gens sont respectueux, ils attendent patiemment, je m'écarte dès que le trottoir s'abaisse. Il faut traverser toute la ville pour rejoindre le magasin de cycles, j'y arrive à 17h.


Normalement ils ne font pas de réparation le samedi, réservé aux ventes, mais là encore je bénéficierai de la bienveillance du chef d'atelier. Dès qu'il a fini avec un couple de clients il s'occupe de mon cas, ce qui lui prendra juste 5 mn. Avec en prime nettoyage / lubrification de la gaine et remplacement des butées métalliques par des butées plastiques qui provoqueront moins de cisaillement. Je me laverai les mains pleines de cambouis dans leur local, avec le savon qui va bien et referai le plein des bidons avant de repartir sous les encouragements de toute l'équipe, ça fait chaud au coeur.


Il est 17h30, je décide de rentrer directement chez moi, par les petites routes, ce sera plus court que d'aller à Ménigoute. Ah qu'il est agréable de pouvoir utiliser toute la cassette, les côtes deviennent un plaisir (qui se déguste lentement, mais j'apprécie vraiment). Grosse averse sur Boismé, je croiserai ensuite le circuit du BRM car je vais m'arrêter au café épicerie de Clessé, dans lequel j'entre tout dégoulinant. Les patrons me proposent de sécher mon K-Way sur un radiateur, le temps d'un bon chocolat chaud.


Puis direction Pougne-Hérisson (le nombril du monde), Azay/Thouet, la nuit est tombée tôt avec le temps pluvieux. Je vais connaître une petite fringale à 15 km de la maison, arrêt dans une cour de ferme, 1 mn à rester collé sur le siège, avant de sortir le dernier sandwich et 2 chocolatines. Cette fois ça passe tout seul, je sens l'énergie qui circule à nouveau dans la tuyauterie et suis gagné par un sentiment de douce euphorie. Oubliée la pluie, je me sens bien, je philosophe sur cette journée de galère mais pleine de bons moments avec des gens qui m'ont aidé. En ces temps d'individualisme triomphant et de peurs collectives entretenues, on peut malgré tout garder foi en l'humanité. Tandis que mes pensées vagabondent sur des petites routes familières, sans aucune voiture dans cette nuit sans lune, en voulant prendre un raccourci je me retrouve au fond d'un village en cul de sac, j'en rigole tout seul.


Une dernière averse à 5 km de la maison ramène le philosophe casqué dans le monde réel, cette fois c'est de l'eau bien froide, il est temps d'en finir. J'arriverai à 21h30 chez moi, fatigué et rincé mais pas exténué car je ne suis resté que peu de temps dans le rouge. Petit message à Yvan pour le prévenir de mon abandon, pourquoi n'ai-je pas pensé à le faire plus tôt ?


Bilan
178 km en 14h30, dont 11h24 de roulage à la vitesse olympique de … 15,61 km/h !
Environ 30 km sur petit pignon (5 m de développement avec le petit plateau), une drôle d'expérience en trike pour emmener 120 kg de masse roulante en côte sans pouvoir se mettre en danseuse. J'ose pas imaginer ce qu'endurent les adeptes du pignon fixe.


Dimanche matin, après une bonne nuit réparatrice, j'accuse 2 kg en moins sur la balance. C'est flatteur mais trompeur : on va dire 100 g de gras et 1,9 kg de flotte, vu que j'aurai soif toute la journée. Retour pépère vers Ménigoute en trike pour récupérer la voiture. 22,5 km à 17 à l'heure, pas de vraies courbatures, le plaisir d'une petite ballade de récupération, sans vent ni flotte, que du bonheur. Ainsi j'aurai quand même parcouru 200 km sur le WE, l'honneur est sauf.


Sans les ennuis mécaniques j'aurais pu réussir le brevet à condition :
- de ne pas traîner aux contrôles
- de ne pas faire d'autre erreur de navigation
- de ne pas crever
- de boire suffisamment


Bon ça fait beaucoup de si, et j'ai eu tout le temps durant cette journée de confirmer mes doutes d'avant départ : je ne suis pas prêt pour la longue distance en autonomie, et ce n'est pas qu'une question de vitesse moyenne. Je reste trop dépendant de l'aide extérieure même pour des petits pépins (samedi un domino d'électricité aurait suffi), je dois apprendre à mieux connaître et entretenir mon vélo, être plus vigilant sur le tracé, et boire davantage même par mauvais temps.


Par conséquent, je ne tenterai pas d'autre BRM cette année, je vais me contenter de sorties plus modestes. Malgré cet échec, je ne ressens aucune amertume, la journée a été riche d'enseignements et de belles rencontres. Je garde intacte l'envie de reprendre quand les conditions seront réunies, si possible dès l'année prochaine.


Et merci pour l'organisation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin
Yvan Le Terrible
Yvan Le Terrible
avatar

Nombre de messages : 4856
Age : 45
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mar 27 Mar - 20:16

Moi je dis BRAVO car se lancer en trike sur des BRM est loin d'être évident (moi je ne le ferais pas) ! J'espère te revoir l'an prochain mieux préparé physiquement et mécaniquement Wink Very Happy

A bientôt et bonne saison à toi cheers

~
Le vélo c'est très super !  [Léane, trois ans et demi ]

Super Randonneur, la longue distance à vélo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superandonneur.fr/
veloblan
Vulcain
Vulcain
avatar

Nombre de messages : 2214
Age : 67
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mar 27 Mar - 21:07

Voila un bien beau récit, merci
sccber t'es battu  lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.veloblan.com/
lmvv
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
avatar

Nombre de messages : 965
Age : 71
Localisation : environs d'Angers
Date d'inscription : 12/08/2014

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mar 27 Mar - 22:14

D'accord avec veloblan. Récit très bien écrit et très agréable à lire.
Une belle expérience, Zetorix, qui t'a fait comprendre que tu en manques encore un peu ... Mais ça va venir à la longue ...
Et puis, tu n'avais pas choisi la facilité, en trike, sur ces routes que j'ai pas mal empruntées quand j'avais ... 16 ans (je suis né en Vendée, mais à seulement 13 km de L'Absie ; alors ce coin-là, je le connais bien et notamment pour la difficulté de ses routes).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyclodelacote305
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
avatar

Nombre de messages : 508
Age : 66
Localisation : Meurthe et Moselle (sud)
Date d'inscription : 16/12/2014

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mar 27 Mar - 22:36

Bonzoir.
Bienvenu Zetorix, merci pour ton cr, bravo pour ta rando, maintenant n'oublies pas de te munir d'un ou plusieurs câbles et  tout le toutime,(surtout avec un vélo spécial); si je peux me permettre remets le couvert avant l'année prochaine, il faut battre le fer tant qu'il est chaud.
Bonne route
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sccber
Prolix
Prolix
avatar

Nombre de messages : 4428
Age : 69
Localisation : Loire
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Mer 28 Mar - 19:01

veloblan a écrit:
Voila un bien beau récit, merci
sccber t'es battu  lol!
affraid
J'ai bien aimé moi aussi le récit de Laurent.
Il aura déjà appris une chose : on perd sur le long d'avantage de temps lors des arrêts prolongés inutilement que pour des histoires de vitesse moyenne roulée. C'est vrai aussi, cela m'est arrivé sur le dernier TriRhéna, que l'on peut perdre aussi beaucoup de temps quand on s'arrête parce qu'on est un peu cuit - dénivelé, vent plus chaleur plus manque de points d'eau - mais ça c'est autre chose Very Happy 
Deuxième leçon, emporter un câble de 3 m quand on a un trike ou un vélo couché : sur ce point le pignon fixe est quant même royal, moins de risques de panne (je ne dis pas que la panne est impossible, la fatalité est parfois perverse).
Et pour répondre à Laurent qui se demande comment on fait pour grimper avec un pignon fixe Very Happy je répondrai que cela dépend du ratio choisi (éventuellement on peut avoir deux développement avec une roue réversible, mais avec une seule chaîne on ne peut pas avoir un écart énorme) : avec mon 5,8 m et le poids total (vélo relativement lourd plus bagages plus mes 70/72 kg) tout est affaire d'entraînement : en sachant toutefois que si je n'irai pas monter le Ventoux par Bédoin ou Malaucène avec mon 44/16, en prenant un petit développement je ne vois pas où serai le problème si pour la descente on retourne la roue sur une roue libre mono vitesse).
Pour Laurent, il me semble utile qu'il puisse travailler le cardio-vasculaire pour n'avoir pas à se préoccuper comme il le fait actuellement de ses limites en endurance : tout à l'heure ma sortie en fixie (62 km et 932 m de dénivelé à 20 km/h) j'ai eu une fréquence cardiaque moyenne de 132 et j'ai dû rarement dépasser ma zone d'endurance, d'autant que le cœur monte moins à la même vitesse quand on est en endurance de force que quand on mouline).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CyrilR
Cuisse de grenouille
Cuisse de grenouille


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 17/02/2015

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Jeu 29 Mar - 8:41

Laurent, si je peux me permettre, ayant un gabarit sensiblement comme le tien, avec une morphologie comme la nôtre, il faut bannir les chocolatines. (et même dans la vie de tous les jours en général... Crying or Very sad )

Il n'y a aucune plus value à faire un ravitaillement avec ce type de nourriture, privilégie une pomme ou une banane qui feront remonter durablement ton index glycémique.

Si vraiment tu as besoin de manger du consistant, du pain blanc avec un peu d'emmental...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bubu14
Super randonneur
Super randonneur


Nombre de messages : 440
Age : 62
Localisation : Blangy le Chateau 14130
Date d'inscription : 31/08/2015

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Jeu 29 Mar - 19:31

Tu as dû apprendre en une journée plus que tu ne l'aurais fait en dix!
           Et tu as connu largement ton compte de galères. Ta prochaine tentative bénéficiera de tous les enseignements tirés. Bravo pour avoir surmonté tout çà!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zetorix
Cuisse de grenouille
Cuisse de grenouille
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 52
Localisation : Gâtine (Deux-Sèvres)
Date d'inscription : 27/03/2018

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Jeu 29 Mar - 23:35

Merci pour vos retours et vos encouragements sincères.
Eh oui, c'est le métier qui rentre !

Je reste confiant, ç'aurait pu être bien pire ;-)
L'an dernier j'ai connu 15 crevaisons entre décembre et mars, cette année aucune (certes en ayant beaucoup moins roulé)

Quand je reprendrai à rouler régulièrement tout va s'améliorer, j'en ai bien vu les effets en 2017, surtout sur le rythme cardiaque. Mais la coupure trop longue a remis le compteur à zéro. Reste que 2018 va être une année en pointillés, trop de fers au feu en même temps pour reprendre l'expression de cyclodelacote305.

Et pour les chocolatines, j'ai rempli vite fait ma sacoche avec ce que j'avais sous la main, pas fait de courses particulières en préparation du BRM, étant rentré tard les soirs précédents. Mais les bannir complètement, je te trouve sévère CyrilR, j'en consomme de temps en temps le WE pour varier des tartines du quotidien. Mon approche du vélo est d'abord basée sur le plaisir, sans rechercher la performance sportive (c'est vrai qu'avec le sucre il faut se méfier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
loumi1
Bitumator !
Bitumator !
avatar

Nombre de messages : 181
Age : 52
Localisation : 79 Nueil les Aubiers
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   Ven 30 Mar - 11:44

Bonjour Zetorix ( voisin du sud ...) et merci pour le récit de ton équipée en trike...si ça peux te rassurer ma dernière tentative en vélo couché sur le 200 de Ménigoute j'avais fait ....5 kms : chaîne cassée..il est aussi vrai que le vélo couché (ou le trike) par le poids plus important et les difficultés à grimper plus aisément qu'un VD impose de toujours rouler et de peu s'arrêter...mais pour des distances de 200 250 300 on y arrive...après (mais les spécialistes t'en parleront mieux que moi ) c'est l'entrainement et le mental qui font la différence...bonne route et au plaisir de se croiser 
( je suis de retour sur un vélo droit pour l'instant pour des raisons de commodités,( transport, roulage en groupe, poids etc...)...  mais les vélos couchés sont toujours à l'abri dans le garage....)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
BRM 200 Ménigoute (79) le 17/03/2018
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 200 de Ménigoute (79) le 20/3
» BRM 400 de Ménigoute (79) le 21 mai
» 300 de Ménigoute (79) le 16/04
» BRM 600 de Ménigoute (79) les 11 et 12 juin
» Ménigoute 13/7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index du forum :: Les Brevets Randonneurs Mondiaux :: 200 km-
Sauter vers: