Le forum des Rubans Blancs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 compte rendu THIERRY 80 H

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



compte rendu THIERRY 80 H Empty
MessageSujet: compte rendu THIERRY 80 H   compte rendu THIERRY 80 H Mini_h10Jeu 6 Sep - 21:27

PBP 2007

Le mois de janvier arrive avec de nouveaux projets : le PBP, oui, pourquoi pas !
(Etant membre de l’Audax Club Parisien (ACP), je me devais de la faire.
Jadis, pour faire parti de l’ACP, dans les années 1904, accompagnés de capitaine de route, les futurs acépistes devaient réaliser une grande randonnée, ils avaient ainsi droit à l’appartenance à l’ACP.)
Les premiers brevets arrivent, tout va bien, la forme est là.
J’emporte ma Singer chromée chez M. Scuka pour lui faire une petite beauté, pour cette grande fête du cyclotourisme. Les brevets de 200 – 300 – 400 – 600 se déroulent bien, je fais un brevet de 1000 supplémentaire car je suis à cours de kilomètres.
Puis le décès de mon père au mois d’avril me fait hésiter de continuer cette aventure. La vie continue avec son lot de chagrin et toutes ces incertitudes.
Je me présente donc au départ du PBP avec moins de 6000 kms d’entraînement. Mon objectif de réaliser cette randonnée en moins de 60 heures va être très difficile à tenir mais on verra bien.
Ce lundi tant attendu est là, ma fille et mon épouse se tiennent juste devant moi à la ligne du départ. Le coup de feu est donné, le groupe part très vite et les dangers de la villes sont bien présents (plaque d’égout, bande blanche…) il faut vraiment être très vigilent.
Je reconnais mon oncle à Bazoches sur Guyonne, salut Thierry, salut Jean Marie. Nous roulons tous dans une bonne ambiance mais on ressent quand même une certaine tension et la pluie n’arrange rien, prudence et méfiance.
Au petit matin, les premiers bistros ouvrent et sont pris de suite d’assaut. La patronne, le patron et la fille s’affèrent autour de nous dans la bonne humeur. Les gens sur la route nous réchauffent le cœur, la météo a cassée nôtre fête, il aurait pu neiger…
Le premier contrôle est rapide, tout se passe bien, tout s’enchaîne normalement mais à Mortagne au Perche la lassitude m’envahie, je n’ai plus envie de continuer à rouler sous une pluie battante. Je téléphone à mon épouse pour qu’elle vienne me chercher mais elle avait prévue d’aller au cinéma avec ma fille. Elle m’a plutôt convaincu de continuer malgré le temps perdu durant cette première journée en m’expliquant que j’avais largement le temps de rentrer avant 90 heures. J’ai donc continué à rouler. Le moral est bas car je me suis fixé un délai de moins de 70 h. Je sais par expérience que je ne rentrerais pas dans ce délai, j’assure donc la survie avec un délai de 89 h 59 mn. Et à partir de ce moment là, je change d’état d’esprit, j’ai le temps et je reste plus longtemps dans les contrôles, je profite des jeunes femmes bénévoles aux buvettes, bref, je me détends. La route, la pluie, le vent, manger, se reposer, pointer sont notre quotidien. Un miracle se produit ce mercredi matin du côté de Brest, le soleil nous accueille et là tout change dans le comportement, il y a des sourires sur tous les visages, les douleurs s’effacent et la vue des flèches avec l’inscription « retour » procure un grand bonheur. La montée du Roc Trévezel se passe bien en compagnie de randonneurs américains. Puis de nouveau, nous retrouvons la pluie en fin d’après midi et le trajet entre Villaine la Juhel et Mortagne est pour moi le plus dur et me semble interminable. La grande route droite en toboggan, le dépassement par les camions et la pluie ne me donne pas de plaisir à rouler.
Je m’arrête donc dans une ferme, histoire de me refaire une santé. Le paysan sort dans la cour pour m’accueillir et me propose de boire du café et de me réchauffer dans sa maison avec une couverture bien chaude sur les épaules, méfiance cet homme est le fils de Satan. Je me méfie donc de la proposition, car la tentation est grande à cette heure de la nuit et peut m’inciter à l’abandon. Je refuse donc et décide de m’installer dans la grange qui me convient bien mieux et avec le paysan nous discutons de femme, de vin, la vie quoi !
Je repars, après 20 mn de tentation, le prochain contrôle est proche, un cyclo me propose de former un groupe de 3 à 4 cyclos pour rouler ensemble durant cette dernière nuit, il a peur des petits lutins ou des loups peut-être même des ours, je crois. J’hésite et j’accepte mais la compagnie de ce cyclo m’agace rapidement, en l’espace de 15 mn, je connais déjà 75 % de sa vie. Je monte une côte en force pour me séparer et basta, vive la liberté, liberté chérie que je recherche tant dans ce genre d’épreuve où il ne faut surtout pas s’imposer de contraintes supplémentaires. Avec mon métier je fais du social toute l’année et là je suis en vacances, Dreux, ouf approche, arrivé au contrôle j’use des services de l’infirmière, je suis porteur d’une prothèse oculaire et le manque de sommeil et d’hygiène me fait souffrir de l’œil, un nettoyage de la prothèse s’impose. A ce contrôle je prends conscience de la dureté de l’épreuve et vois ainsi une autre facette de cette épreuve, si proche du but on ressens chez certains cyclos l’envie d’abandon, je vois des gars mal en point ne sachant même plus prononcer leur prénom.
Un californien, les pieds dans une bassine assistent à l’épluchage de sa peau et de ses ampoules ! tout compte fait je ne me trouve pas si mal que cela, je suis prêt à marier ( pour la petite histoire, je suis arrivé le jour de mon 11ème anniversaire de mariage, ouf j’ai réussi, je ne serais pas fouetté et j’échappe aux châtiments). Je repars avec un œil tout propre avec une compresse pour le protéger, ce qui fait rire les contrôleuses de Dreux qui me surnomment rapidement « coco bel œil » pirat .
C’est reparti pour moi, j’entame la dernière ligne droite, un motard roule à ma hauteur et nous discutons longtemps ensemble, je suis également motard.
Puis arrive la côte de Gambais à 10 %, je la monte bien. L’arrivée est proche, peut-être même trop proche.
Au gymnase, ma fille et mon épouse sont là mais il manque mon père, car ce PBP, je l’ai fait sans gloire ni flon flon, j’ai tout simplement fais ce que je devais faire.

A toi papa qui est parti un poil trop tôt I love you
Thierry plaque 2100
Revenir en haut Aller en bas
Titius
E.T(itius)
E.T(itius)
Titius

Nombre de messages : 1299
Age : 32
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 12/11/2006

compte rendu THIERRY 80 H Empty
MessageSujet: Re: compte rendu THIERRY 80 H   compte rendu THIERRY 80 H Mini_h10Ven 7 Sep - 0:08

Félicitation Thierry, j'ai pris plaisir à lire ton récit.
Belle hommage à ton papa !
Revenir en haut Aller en bas
normandie-bents
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
normandie-bents

Nombre de messages : 523
Age : 48
Localisation : La Harengere ( 27)
Date d'inscription : 17/11/2006

compte rendu THIERRY 80 H Empty
MessageSujet: Re: compte rendu THIERRY 80 H   compte rendu THIERRY 80 H Mini_h10Mar 11 Sep - 18:08

Very Happy cheers salut Thierry en 80 h sunny cool , comme moi Very Happy
bravo et encore bravo @+ Didier
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/video/xjozb7_tour-de-france-1971_spor
Contenu sponsorisé




compte rendu THIERRY 80 H Empty
MessageSujet: Re: compte rendu THIERRY 80 H   compte rendu THIERRY 80 H Mini_h10

Revenir en haut Aller en bas
 
compte rendu THIERRY 80 H
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» compte rendu de session en lacs de barrage
» Compte rendu de notre sortie club au brochet
» Compte Epargne Temps
» Thierry Adam
» LA PRISE DE LA MONTAGNE BASTILLE GRENOBLE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index du forum :: Paris-Brest-Paris 2007 :: Brevets Randonneurs Mondiaux :: 1200 km-
Sauter vers: