Le forum des Rubans Blancs
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Récit du vainqueur 1999

Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Yvan Le Terrible
Yvan Le Terrible
admin

Nombre de messages : 5265
Age : 47
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 21/09/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mar 21 Nov - 20:23

UN PARIS-BREST-PARIS DE REVE

Il est 16H22 en ce mercredi 25 août 1999 lorsque Philippe Deplaix et moi achevons le PARIS-BREST-PARIS en réalisant du même coup le meilleur temps de l’épreuve.

Je ne pouvais espérer de plus beau cadeau pour fêter mes vingt années de pratique du cyclotourisme.

Que de kilomètres parcourus depuis le mois de septembre 1979 où j’ai débuté à l’âge de 14 ans au sein du CFR (Cyclotouristes de la Forêt de Rambouillet) devenu depuis le CTR (Cyclo Touristes de Rambouillet). Les kilomètres s’accumulant et l’expérience aidant, j’ai été attiré par les épreuves d’endurance et c’est ainsi qu’en 1991 j’ai bouclé sans assistance mon premier PARIS-BREST-PARIS en 72 heures. J’y ai sympathisé avec deux américains qui m’ont invité à participer en 1993 à BOSTON-MONTREAL-BOSTON (épreuve équivalente au P-B-P). Deux ans plus tard, je terminais mon 2ème P-B-P en 49 heures avec cette fois le soutien de mes parents.

Tout cela m’a conduit naturellement à m’inscrire au PARIS-BREST-PARIS 99.

J’ai effectué la série des brevets qualificatifs et lorsque Christian Jolly et Jean Milesi m’ont proposé leur assistance, j’ai tout de suite accepté. Ce sont deux amis de longue date et je pouvais compter sur leur grand dévouement. Il était important pour moi de partir l’esprit libre de tout souci d’organisation et d’être accompagné par des amis qui me connaissent, capables de gérer d’éventuels problèmes.

Nous sommes trois à représenter le CTR : Joël Gaborit, Jean-Marc Lugaro et moi-même. Nous espérons faire une bonne partie du chemin ensemble mais nous connaissons bien les aléas d’une telle épreuve.

Je suis assez tendu en ce lundi 23 août quelques minutes avant le départ de 20H, lorsque Mr LEPERTEL prononce son discours. Le PARIS BREST PARIS est en effet l’aboutissement de huit mois d’entraînement durant lesquels j’ai parcouru 14 000 kilomètres avec toutes les concessions que cela implique.

Une crevaison en début de parcours ou encore une chute restent mes deux inquiétudes sur la ligne de départ. Je sais qu’il faudra attendre les premières difficultés du Perche pour espérer évoluer dans des groupes de taille raisonnable ; quant à la crevaison, je compte sur ma bonne étoile.

Le départ est conforme à ce que je redoutais : un peloton compact où il faut redoubler de vigilance pour éviter les accrochages. La nuit tombée, les premiers dont je fais parti, prennent une mauvaise direction dans Faverolles.

Nous faisons demi-tour et me voilà contraint, en compagnie de Jean-Marc Lugaro, de doubler dans de mauvaises conditions (route étroite et encombrée sur toute sa largeur par le peloton) des centaines de cyclos afin de me retrouver proche de la tête. Il y aura durant ces cent premiers kilomètres de nombreux freinages brutaux et altercations. Les bosses du Perche étirent le peloton.


MORTAGNE AU PERCHE 141KMS

Je suis en bonne position. Mon ravitaillement est effectué très rapidement et je repars prestement afin de rejoindre la tête. C’est sans compter sans les aléas du sort car comble de malchance, ma roue arrière crève en passant sur les gravillons du ravitaillement officiel. J’ai tout de même l’opportunité de pouvoir embaucher deux spectateurs et d’effectuer la réparation sous les lampadaires. Ce sont hélas de précieuses minutes qui s’écoulent. C’est en solitaire que je quitte Mortagne et m’élance dans la nuit. Mon principal objectif étant si possible d’améliorer les 49 heures de mon précédent PARIS-BREST-PARIS, celui-ci n’est nullement compromis par cet incident. Me retrouver seul, avec toute cette tension accumulée par les conditions de route, va me permettre de me détendre et d’évacuer tout ce stress. Je roule donc serein dans cette nuit calme à la poursuite des lampions rouges que j’aperçois au hasard du tracé des routes et du relief naturel. Je rattrape au bout de plusieurs dizaines de kilomètres quelques cyclos puis un groupe plus important composé d’une vingtaine de cyclistes.


VILLAINES LA JUHEL 219 KMS (3H37)

Christian et Jean me ravitaillent efficacement et m’apprennent que nous n’avons que cinq minutes de retard sur les premiers. Je repars sans perdre de temps et la route de Fougères s’effectue à bonne allure.


FOUGERES 305 KMS (6H28)

Quelle surprise lorsque nous sommes informés que deux cyclos seulement nous précèdent de 4 minutes . A la suite d’une erreur de parcours du peloton de tête (aux environs d’Ambrières), nous les avons dépassé et les devançons de 12 minutes. Voilà la malchance de Mortagne effacée ! Notre arrêt est réduit au minimum car nous sommes motivés pour rejoindre le prochain contrôle en tête afin de ravitailler dans de bonnes conditions. Nous roulons donc à bonne allure et rattrapons Yves Laignel, il ne reste donc plus qu’un cycliste devant nous.


TINTENIAC 359 KMS (8H20)

Nous sommes dix à l’arrivée et croisons Philippe Deplaix qui quitte le contrôle. L’écart avec les suivants semble stable et nous reprenons vite la route afin de perdre un minimum de temps. A la sortie du bourg, nous retrouvons Philippe qui se ravitaille ; il a préféré nous attendre plutôt que de rouler seul et unir ainsi ses forces aux nôtres. J’avais rencontré précédemment Philippe lors du 600 randonneur et je suis satisfait de retrouver là un compagnon de route que j’apprécie. Nous envisageons désormais de virer en tête à Brest : l’écart avec les suivants semble toujours constant et les relais au sein de notre groupe fonctionne bien.


LOUDEAC 444 KMS (11H07)

Le ravitaillement devient routinier et mes suiveurs me font gagner de précieux instants pour mon alimentation. Nous conservons notre avance mais les difficultés approchent ; les Monts d’Arrée sont en effet un secteur très vallonné et nous redoutons que nôtre avance s’amenuise. La météo est agréable, l’ambiance du groupe est détendue, ce qui nous permet de franchir de multiples côtes sans soucis.


CARHAIX 520 KMS (13H58)

Nous arrivons à sept et sommes satisfaits car nos poursuivants ne sont toujours pas en vue. Laignel pointe et repart immédiatement. Nous préférons nous accorder quelques minutes supplémentaires afin de nous alimenter correctement. Sur cette étape encore bien vallonnée, nous roulons au train et ne cherchons pas à rejoindre notre échappé. Nous sommes beaucoup plus soucieux de garder nos réserves intactes. Elles nous seront précieuses lors d’un éventuel retour de nos poursuivants et surtout lors de notre retour vers Paris.


BREST 603 KMS (16H59)

L’arrivée par la rade de Brest s’effectue sous le soleil et l’aborder en tête est euphorisant. A la suite de Laignel qui nous précède de trois minutes, nous pointons à l’apogée de notre randonnée. On nous annonce encore un écart constant avec les poursuivants (15 minutes) ; il faut souligner le fait que les informations sur les écarts nous sont données avec un contrôle de retard et nous ne devons donc pas nous relâcher. Je prends pourtant le temps de m’asseoir pour me restaurer : c’est la première fois depuis Paris que je me le permets mais il est vrai que Brest n’est pas un contrôle comme les autres ! Voilà 300 kilomètres que nous ouvrons la route mais nous ne sommes plus que 4 (Vuylsteke, De Brucker, Deplaix et moi) : heureusement nous coopérons parfaitement et l’ambiance est très sympathique. Nous allons désormais essayer de maintenir le plus longtemps possible notre position et pourquoi pas jusqu'à Paris ! Challenge très motivant mais que je juge trop utopique. Nous voilà déjà sur le chemin du retour et chaque tour de pédale nous rapproche désormais de la capitale. Nous commençons à croiser des cyclos qui sont sur l’aller et qui ne manquent pas de nous saluer d’un geste amical : ce privilège réservé aux premiers me touche. Nous profitons pleinement des paysages bretons et des passages dans les villages où les amoureux de la bicyclette nous ovationnent ; c’est aussi pour eux l’occasion d’organiser des concerts et des repas en plein air qui me font bien envie ! Dans cette étape qui nous mène à Carhaix, nous seront rejoints par Miranda qui a réussi à s’extirper du peloton de nos poursuivants. Trouver du renfort pour notre petit groupe est positif et nous unissons nos efforts dans l’intérêt de chacun. Nous rattrapons Laignel qui ne pourra suivre notre allure : Il paye certainement les efforts effectués pour arriver à Brest.
Revenir en haut Aller en bas
http://superandonneur.fr/
admin
Yvan Le Terrible
Yvan Le Terrible
admin

Nombre de messages : 5265
Age : 47
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 21/09/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mar 21 Nov - 20:23

CARHAIX 684 KMS (19H57)

A ce contrôle nous retrouvons la foule ainsi que les cyclos qui vont à Brest. Nos deux compagnons belges n’ont aucune assistance et pour eux l’arrivée au contrôle est synonyme de course aux sandwiches ! Dès que nous avons appris cette situation, nous leur avons donné de quoi remplir leurs poches : que leur mérite est grand d’avoir roulé jusque là sans aucun soutient ! Vuylsteke redoute une seconde nuit sur le vélo et décide de s’arrêter à ce contrôle pour dormir un peu. Nous ne sommes plus que 3 lorsque nous quittons Carhaix car Miranda a réduit au stricte minimum son arrêt. Nous le rejoindrons après une dizaine de kilomètres.


LOUDEAC 760 KMS (22H50)

Nous arrivons de nuit et nous pénétrons au sein d’une foule dense : cela va me compliquer la tâche car je ne retrouve pas mes suiveurs. Je confie donc mon vélo à un breton et me voilà parti pointer. Je croise alors Christian et Jean et leur demande de récupérer mon vélo puis de m’attendre en bas de l’escalier. En sortant du pointage, je ne retrouve ni Christian, ni Jean et ce qui m’inquiète beaucoup plus...ni mon vélo. Je les appelle au hasard dans la foule et je les retrouve quelques minutes plus tard : quel soulagement ! La cause de tout cela a été un quiproquo dû à la présence de trois escaliers sur le contrôle et surtout à la foule compacte. Me retrouver au milieu de tout ce monde, incapable de récupérer mon vélo, m’a assurément créé la plus grande émotion de ce PARIS-BREST-PARIS. De Brucker décide de s’arrêter plus longuement à ce contrôle et nous nous quittons en le félicitant d’avoir persévéré jusqu’ici sans assistance. En ce début de nuit notre trio profite d’un ciel étoilé et de la clarté de la pleine lune. La contemplation de ce superbe ciel m’éloigne quelques temps de mes préoccupations terre à terre : une deuxième nuit blanche peut offrir en effet beaucoup d’imprévus tels que les problèmes de direction ou l’assoupissement tant redouté. Nous croisons au fil des kilomètres de plus en plus de cyclos et cela nous complique quelque peu la tâche dans les descentes où nous avons du mal à nous situer par rapport au bord de la route. Cela nous offre cependant le spectacle très particulier de croiser des groupes composés de multiples lampions blancs laissant vaguement deviner les silhouettes de tous ces cyclos encore en route vers Brest.


TINTENIAC 845 KMS (1H57)

Je suis inquiet car je ne retrouve pas, à nouveau, mes suiveurs : quel incident a pu leur arriver ? Heureusement pour moi, Marie Claude, l’épouse de Philippe, me rempli bidons et poches et elle tente de me rassurer sur le sort de mes suiveurs.

En quittant le contrôle, je rencontre Christian et Jean qui s’étaient en fait égarés sur la route. Nos problèmes de direction, de sommeil et de ravitaillement sont aussi ceux des suiveurs et leur dévouement prend là, toute sa signification. Dans cette étape qui nous mène à Fougères, Miranda va décrocher dans une côte et il nous lance « tentez votre chance à coup, je suis fatigué ». C’est avec regret que nous abandonnons notre sympathique compagnon et notre peloton se réduit à sa plus simple expression : Philippe et moi ! Il nous reste environ 350 kilomètres à parcourir : Notre bon moral et notre complicité suffiront-ils à nous donner l’énergie nécessaire pour éviter le retour de nos poursuivants ? Notre situation est précaire et captive désormais nombre de mes pensées.

Grâce à cela, ma vigilance ne me jouera pas de mauvais tour lors de cette deuxième nuit. Nous connaîtrons malgré tout quelques petits problèmes d’orientation aux abords des villages qui seront heureusement vite résolus.


VILLAINES LA JUHEL 985 KMS (7H26)

Nous arrivons au petit matin. Je commence à sentir le poids des nuits blanches et des kilomètres mais il n’est pas question de se relâcher. On nous annonce que nous avons 12 minutes d’avance sur le meilleur PARIS-BREST-PARIS randonneur mais je sais qu’il y a encore de nombreux kilomètres qui peuvent nous jouer de mauvais tours (le vent contraire et les kilomètres supplémentaires dus à des déviations nous ferons perdre ultérieurement notre avance). C’est sous une chaleur lourde que nous gravissons les multiples côtes du Perche. Le long de cette route qui nous mène à Mortagne, nous sommes encouragés par de nombreux supporters.


MORTAGNE AU PERCHE 1 061 KMS (11H25)

Marie Claude me prête gentiment une tenue que j’enfile avec plaisir et nous remplissons d’avantage nos poches car à Nogent le Roi nous ne pourrons pas bénéficier de notre assistance. Cette étape sera pour moi la plus pénible : un fort vent d’est sévit et va considérablement gêner notre progression, de plus la chaleur est pesante et c’est avec un grand soulagement que je vois Nogent se rapprocher. Nous arrivons là à notre dernier contrôle avant l’arrivée ; nous avons besoin de faire une pause après ces kilomètres dans le vent et nous consacrons un peu plus de temps que de coutume à nous alimenter. Nous sommes de plus en plus étonnés de ne pas voir nos poursuivants revenir sur nous et c’est donc toujours avec une avance substantielle que nous entamons notre dernière étape. Nous nous retournerons plusieurs fois en craignant de voir apparaître nos poursuivants et en s’approchant de l’arrivée, nous devons nous rendre à l’évidence : nous allons finir en tête à tête ce PARIS-BREST-PARIS.


GYMNASE DES DROITS DE L’HOMME 1204 KMS (16H22)

Nous arrivons sous les applaudissements et sommes accueillis par les responsables de l’Audax Club Parisien et de la FFCT. Je retrouve aussi mes fidèles suiveurs et les mets une dernière fois à contribution : me trouver des boissons fraîches et du ravitaillement. Je vais enfin pouvoir manger et boire en prenant tout le temps désiré.

Quel beau PARIS-BREST-PARIS aurons nous eu la chance de faire mais que ces 44H22’ auront passé vite ! ! Avec Philippe, Marie-Claude, Christian et Jean, nous aurons formé une équipe soudée au sein de laquelle la camaraderie, la jovialité, notre total amateurisme et surtout notre plaisir de pédaler auront fait de ce PARIS-BREST-PARIS............................................UN SOUVENIR INOUBLIABLE ! ! !


Christophe BOCQUET, Octobre 1999

source : http://www.velo-ctr.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://superandonneur.fr/
normandie-bents
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
normandie-bents

Nombre de messages : 523
Age : 48
Localisation : La Harengere ( 27)
Date d'inscription : 17/11/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mer 22 Nov - 6:11

Super merci genial pour le compte rendu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/video/xjozb7_tour-de-france-1971_spor
ptit braquet
Mollet d'acier
Mollet d'acier
ptit braquet

Nombre de messages : 144
Age : 57
Date d'inscription : 12/11/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mer 22 Nov - 7:27

Félicitation pour cette performances hors du commun ! Le recit montre à la fois , l'effort physique et le mental (parfois la chance /malchance) qu'il faut pour réaliser une telle entreprise ...

Pour moi qui tenterait mon 1er PBP en 2007 je calculais : finir en 90 h ce sera bien ! Quand tu vireras à Brest ils seront à Paris !

A moins qu'il(s) tente(nt) 2 PBP pour le prix d'un en 90h ...
Revenir en haut Aller en bas
Titius
E.T(itius)
E.T(itius)
Titius

Nombre de messages : 1299
Age : 32
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 12/11/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mer 22 Nov - 10:08

Merci pour ce résumé.
Que de courage !
Revenir en haut Aller en bas
zapilon
Vénérable
Vénérable
zapilon

Nombre de messages : 2872
Age : 83
Localisation : Nord du Nord de France
Date d'inscription : 26/09/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mer 22 Nov - 20:42

Une erreur que ce reportage:

On n'y apprend rien,

Bocquet aurait pu faire Paris- Strasbourg et retour avec son assistance qu'il aurait ignoré autant les 1000 bénévoles qui assurent la sécurité, la restauration, les soins et le couchage. Quels services a-t-il utilisé ?

Nous qui avons du mal à trouver les flêches, comment a-t-il fait à 40 km/h ? voiture dans la roue ? il n'en parle pas.

Qelle lampe de guidon éclairant loin donc grosse consommatrice de piles
avait-il ? la lune ?

Les pros mangent toutes les 2 heures pour 6 heures de course, comment s'est-il chargé...de bonnes calories. Il n'en dit mot.

Les organisateurs ont du mal à obtenir les autorisations pour obtenir l'accès aux routes: comment peuvent-ils présenter l'épreuve comme une randonnée cyclo avec de tels comportements (certainement là la vraie raison de l'annulation du podium en 2003)

Quel image du PBP peuvent en tirer ceux qui se lancent sur l'épreuve pour la première fois ?
Revenir en haut Aller en bas
http://zapilon.pbp.pagesperso-orange.fr/
nicolas
Grand plateau
Grand plateau


Nombre de messages : 67
Age : 41
Localisation : Cahors
Date d'inscription : 17/11/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: La performance de Bocquet   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mer 22 Nov - 22:35

Il me semble Zapillon que ton analyse est un peu sévère sur le bonhomme. Certes, il ne s'agit pas d'expérience concernant l'autonomie et l'objectif de rallier Paris dans les délais impartis. Mais toutes les expériences sont bonnes à lire. Dire que Paris Brest Paris est une rando Cyclo est un peu faux. Ce n'est quand me^me pas la rando du dimanche, Je préfère dire que PBP n'est pas une course. Les brevets que l'on va réaliser duarnt l'année 2007, n'ont rien à voir avec PBP, sur les brevets on est seuls , àPBP on est un peu plus assisté. Les diagonalistes considèrent PBP comme un brevet de luxe. De plus l'ambiance, la tension et l'exitation font que les départs même des 90 h sont très rapide et qu'il est dur de résister à la tentation de laisser filer le peloton qui nous met dans le rouge. On ne roule jamais aussi vite lors des brevets qualificatifs que durant les 150 premiers Km du PBP.

L'assistance par voiture peu être critiquée, mais cela à au moins le mérite d'annoncer la couleur. Si des cyclos, dans la pure tradition du PBP, souhaite se faire ravitailler rapidement aux contrôles afin d'améliorer leur propre temps et de se surpasser une fois tous les 4 ans, je trouve ça remarquable quand l'esprit sportif et le respect pour les bénévoles règne dans les pelotons.
De plus, heureusement qu'une grande majorité son assisté, sinon il y aurai de gros problèmes de logistiques à Loudéac.

La préparation d'un PBP en 44h assisté et celui en 90h en autonomie n'ont absolument rien à voir en tout point de vue (Km, diététique, matériel...)

Christophe Bocquet a bien evidemment remercié et salué le dévouement de Messieurs LEPERTEL et THEOBALT publiquement par le biais de la plaquette des résultats 99. Il m'avait parut très sympathique et si je me souvient bien il était le seul à avoir du poil aux pattes lors de la remise des récompenses.
Revenir en haut Aller en bas
http://ninimouline.oghma. com
veloblan
Vulcain
Vulcain
veloblan

Nombre de messages : 3211
Age : 69
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 19/11/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Jeu 23 Nov - 9:34

Bonjour, je reviendrais pas sur l'exploit sportif de Deplaix, chapeau!
Mais pour moi une course ou une rando doit s'effectuer seul
PBP seul, c'est un vrai exploit même en 90h!
Un cycliste a effectué 11 montées du Ventoux en 24h mais les descentes en voiture! (s'il avait eu un hélicoptere, peut être 12 ou 13 fois!)
Moi, que 4 fois en 12h mais tout sur un vélo!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.veloblan.com/
20100team
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet
20100team

Nombre de messages : 851
Age : 60
Localisation : brest
Date d'inscription : 07/10/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Jeu 23 Nov - 18:28

bonsoir
Bonsoir


Certes, il ne s'agit pas d'expérience concernant l'autonomie et l'objectif de rallier Paris dans les délais impartis. Mais toutes les expériences sont bonnes à lire. Dire que Paris Brest Paris est une rando Cyclo est un peu faux. Ce n'est quand me^me pas la rando du dimanche

Quand nous avons décider de faire le PBP 2007, je pense que chacun c'est fixé un objectif pour le réaliser, en tout cas, moi oui.

Je suis admiratif du récit, mais je reste serein, je ferai mon PBP en utilisant le maximum de temps.

Dans un peleton il faut de tout pour que chacun y trouve son plaisir.
Comme dans toute randonnée il faut un premier et et un dernier, bravo à Deplaix pour son exploit ainsi que pour Christophe Bocquet.

vincent
Revenir en haut Aller en bas
http://www.runtastic.com/fr/utilisateurs/Vincent-Jaouen/mur#
zapilon
Vénérable
Vénérable
zapilon

Nombre de messages : 2872
Age : 83
Localisation : Nord du Nord de France
Date d'inscription : 26/09/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Jeu 23 Nov - 20:32

Le Président de l'ACP a écrit après 2003, je cite:
Nous rappelons que PBP est un brevet de longue distance de cyclotourisme organisé par l'ACP sous l'égide de la FFCT, cette randonnée n'est donc pas une course.
....nous veillerons à faire respecter le règlement.

Si certains veulent voir supprimer cette épreuve par les autorités préfectorales, ils n'ont qu'à se conduire en recordman, brûler les feux rouges, les stops, rouler de front avec une voiture en plein phare dans la roue... Soignez au moins votre vocabulaire.

En ce qui concerne l'assistance, je rappelle qu'elle a été organisée et encadrée parce qu'il commençait à y avoir de plus en plus d'assistances pirates, que l'assistance aux contrôles devait alors être du même ordre que celle fournie et que même avec une assistance le participant devait rester autonome (et ne pas arrêter parce qu'il ne retrouvait pas sa voiture).

J'ai lu il y a quelque temps, une interview d'une responsable de la FFCT qui évoquait le retour aux garde-boue et sacoches pour que l'épreuve ait bien l'étiquette cyclotourisme.

Officiellement le terme "randonneur" implique l'autonomie.
Revenir en haut Aller en bas
http://zapilon.pbp.pagesperso-orange.fr/
zapilon
Vénérable
Vénérable
zapilon

Nombre de messages : 2872
Age : 83
Localisation : Nord du Nord de France
Date d'inscription : 26/09/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Jeu 23 Nov - 20:35

Je précise que dans le message précédent, le Président de l'ACP n'a écrit que ce qu'il y a dans les 3 premières lignes, après la prose est de moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://zapilon.pbp.pagesperso-orange.fr/
MIRABELLE
Bitumator !
Bitumator !


Nombre de messages : 190
Age : 73
Localisation : TOURS
Date d'inscription : 21/10/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Jeu 23 Nov - 21:10

Il faut bien reconnaitre que l'ACP a longtemps entretenu le double language quant à ce brevet hors norme. Mais en 2003, sous la pression de la FFCT, elle a choisi de valoriser l'esprit randonneur au long cours plutôt que l'élitisme. Ce ne fut pas toujours le cas! Souvenons nous des éditions précédentes où un "faux vrai "classement au temps était éffectué, où les "lauréats" étaient fleuris à l'arrivée, où l'on invitait d'anciens vainqueurs pour valoriser l'épreuve. Nous verrons bien en 2007 si les frustrés de 2003, avides d'honneurs, participent avec l'esprit randonneur; j'en doute. Les dirigeants actuels ont à mon sens choisi une voie nouvelle se démarquant du mouvement cyclosportif et c'est un bien!
Revenir en haut Aller en bas
http://pieclo13@gmail.com
Adminette
Privilégiée du forum et coach de luxe
Privilégiée du forum et coach de luxe
Adminette

Nombre de messages : 78
Age : 46
Localisation : 79
Date d'inscription : 24/09/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Ven 24 Nov - 7:55

Bonjour tout le monde

J'ai hesité a répondre a ce post car apres tout moi j'y connais pas grand chose ... mais comme je suis bavarde Laughing je vous donne mon point de vue .

Je crois que dans tout sport a partir du momment ou on est plus de deux il y a un esprit de competition qui se crée . Ben oui faut etre honnete ca doit etre chouette d'etre le premier . Je pense que c'est dans la nature humaine et même si le PBP n'est pas une course rien empechera certains d'avoir comme defi d'arriver en tête . Je crois aussi que chacun a une notion de plaisir differente: pour certains c'est plus gratifiant d'y arriver seul , pour d'autre c'est d'ameliorer son temps et pour d'autres enfin d'arriver simplement a terminer dans les delais . L'important apres tout je crois est que chacun y trouve son epanouissement . J'ai trouvé le récit interressant parce que justement il aborde un angle different peut etre moins souvent mis en avant sans pour autant chercher a nous epater ni a rabaisser les autres.
Voili voilou ce que j'en pense... le merite, les performances, les rivalités ca a peu d'importance en fait tant que chacun s'eclate sur son velo ... car c'est le but du sport

Bisous

Sab
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Ven 24 Nov - 12:18

sab a écrit:

Je crois que dans tout sport a partir du moment ou on est plus de deux il y a un esprit de compétition qui se crée.
Ben non, il peux y avoir un esprit de solidarité dans le but de finir et réussir ensemble...
En vélo, ça s'appelle les Audax (ou l'esprit de club, c'est un peu pareil).
Revenir en haut Aller en bas
Jean-claude PIPET
Bitumator !
Bitumator !


Nombre de messages : 220
Age : 77
Localisation : HAUTE SAVOIE
Date d'inscription : 19/10/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Point de vue de SAB   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Dim 26 Nov - 15:51

sab a écrit:
Bonjour tout le monde

J'ai hesité a répondre a ce post car apres tout moi j'y connais pas grand chose ... mais comme je suis bavarde Laughing je vous donne mon point de vue .

Je crois que dans tout sport a partir du momment ou on est plus de deux il y a un esprit de competition qui se crée . Ben oui faut etre honnete ca doit etre chouette d'etre le premier . Je pense que c'est dans la nature humaine et même si le PBP n'est pas une course rien empechera certains d'avoir comme defi d'arriver en tête . Je crois aussi que chacun a une notion de plaisir differente: pour certains c'est plus gratifiant d'y arriver seul , pour d'autre c'est d'ameliorer son temps et pour d'autres enfin d'arriver simplement a terminer dans les delais . L'important apres tout je crois est que chacun y trouve son epanouissement . J'ai trouvé le récit interressant parce que justement il aborde un angle different peut etre moins souvent mis en avant sans pour autant chercher a nous epater ni a rabaisser les autres.
Voili voilou ce que j'en pense... le merite, les performances, les rivalités ca a peu d'importance en fait tant que chacun s'eclate sur son velo ... car c'est le but du sport

Bisous

Sab
----------------------------------------------------------------------------
Je partage la réponse de SAB à 200% - il faut être tolérant - le monde serait tristounet si l'esprit de dépassement personnel n'existait pas -
Quant aux audax, je l'ai déjà écrit dans ce forum, c'est une excellente école de formation à la longue distance - une habitude à la régularité indispensable - un moyen de se mettre en confiance pour la plupart - mais pour certains c'est un aboutissement, une fin en soi, pour d'autres dont je fais partie, c'est seulement une preparation, un moyen de s'aguerrir. Il n'existe que deux grandes fédérations officielles qui gérent le vélo la FFC et la FFCT - et entre les deux...rien! le néant !...c'est comme si tous les coureurs à pied qui font des marathons à tout âge et à tous niveaux, étaient rejetés dans le néant parcequ'ils n'ont plus l'age de concourrir avec ceux de 25 ou 30 ans!! (?) La FFC se moque bien du mouvement de masse pourtant réel depuis 30 ans des cyclosportifs et la FFCT les ignore avec la même hypocrisie - c'est UBUESQUE cet esprit de chapelle si étroit !! Certains dirigeants actuels de l'ACP vous diront qu'étant jeune certains ont mis autour de 50 heures... et aujourd'hui ils voudraient que certains ne puissent pas faire de même (?)
Revenir en haut Aller en bas
cocrelle
Intarissable sur le sujet
Intarissable sur le sujet


Nombre de messages : 917
Age : 60
Localisation : Bassin arcachon
Date d'inscription : 23/11/2006

Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10Mar 5 Déc - 21:43

tout à fait d'accord avec jean claude et sab
je rajouterai même que je m'aperçois (en lisant des revues de cyclisme) que les "coursiers" et les cyclosportifs n'ont pas l'air de faire le même sport (pourtant ils ont tous un vélo)
le pire c'est la FFCT qui malgré que je sois licencié FFCT a un esprit un peu vieillot
moi, je fais des longues distances et pas de courses ni FFC, ni cyclosportives et pourtant j'ai le même matériel qu'eux (carbone, pédales auto, etc..) et je ne mets jamais de garde boue (tant pis pour mes fesses) car je trouve que cela n'embellit pas mon vélo
c'est une histoire de gout
par contre, ou la FFCT se plante royalement c'est au niveau de la pub sur les maillots. Cela ne me dérangerait pas d'avoir sur le maillot de mon club la marque d'une entreprise si cela me permet d'avoir 2 maillots pour le prix d'un
je pense aussi que le cyclotourisme a un aspect "vieillot" car la fédé ne fait rien pour promouvoir cette activité auprès des plus jeunes alors que plein d'occasions se présentent notamment pendant les vacances
donc soit PBP est une randonnée et donc un seul départ et pas de classement soit l'ACP admet que certains viennent y chercher un classement et encourage à la fois ces derniers et les randonneurs sans distinctions
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Récit du vainqueur 1999 Empty
MessageSujet: Re: Récit du vainqueur 1999   Récit du vainqueur 1999 Mini_h10

Revenir en haut Aller en bas
 
Récit du vainqueur 1999
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit questionnaire sur la saison 1999/2000
» Félicitations au vainqueur du mois
» Félicitations au vainqueur de février
» Saison 1998/1999 - Pro B
» Félicitations au vainqueur d'août

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index du forum :: Les Brevets Randonneurs Mondiaux :: 1200 km et plus-
Sauter vers: